Accueil Pollution de l'eau Un sac plastique trouvé dans la fosse des Mariannes, la plus profonde...

Un sac plastique trouvé dans la fosse des Mariannes, la plus profonde au monde

519
PARTAGER
fosse des Mariannes
Crédit photo : Jeremy Bishop - Unsplash

Même l’un des endroits les plus reculés au monde n’échappe pas à la pollution plastique. Un sac a été retrouvé dans la fosse océanique la plus profonde de la planète.

Le sac trouvé à près de 11 000 mètres de profondeur

La fosse des Mariannes se trouve dans une partie assez isolée du Pacifique et plonge à près de 11 000 mètres de profondeur. À ce jour, elle constitue le point le plus profond connu de l’humain. Il était donc assez logique de penser que cette zone n’était pas encore touchée par les dommages de l’espèce humaine. Et pourtant, nous avions tort.

Un documentaire Arte sur la fosse des Mariannes :

Une nouvelle étude s’est conclue par la découverte d’un sac plastique similaire à ceux que l’on trouve dans nos supermarchés, au fond du Pacifique. Il a été trouvé dans la fosse des Mariannes et donc à plus de onze kilomètres sous la surface des océans. Les scientifiques ont identifié la présence du sac plastique après avoir examiné les vidéos et photos de Deep-Sea Debris Database.

De nombreux débris jonchent les profondeurs des océans

Ces images collectées ont été regroupées en trente ans et ont nécessité plus de cinq mille plongées. Parmi les débris observés se trouvent des sacs en plastique donc, mais aussi des déchets en caoutchouc, tissu, métal ou bois. Certains n’ont pas pu être identifiés. Près de 90 % des déchets trouvés sont issus du plastique jetable.

fosse
Crédit photo : Kyle Mills – Unsplash

La fosse des Mariannes est un lieu obscur et qui peut paraître sans vie. Pourtant, cette zone abrite de nombreuses espèces sous-marines. Diverses formes de vie ont déjà été observées par le navire Okeanos Explorer de la NOAA comme des pieuvres, des méduses ou des coraux. 17 % des images composant la base de données montrent des interactions avec les animaux et les débris. Certains en sont littéralement prisonniers.