L’Australie est l’une des nations les plus impliquées dans les questions cilmatique ou de respect de l’environnement, et même de reboisement ou d’énergie renouvelable. Le pays au niveau du gouvernement et même de ses citoyens est engagé dans un vaste chantier de transition énergétique qui a déjà porté quelques fruits ici et là. Notamment avec la création du premier train 100 % alimenté par de l’énergie solaire ou de son vaste projet de reboisement visant à planter jusqu’à 1 milliards d’arbres d’ici 2050.

Sur la même période l’Australie devrait développer le secteur des énergies afin de produire le double de ses besoins électriques uniquement grâce aux sources renouvelables.

L’Australie à la croisée des chemins

Imaginé par une équipe d’experts et ingénieurs Germano-Australiens, le vaste plan énergétique de l’Australie entend multiplier les sources et points de production de l’énergie verte. Qui devrait être décuplée à hauteur de 140 % d’ici 2050. L’objectif avoué et assumé par le groupe de réflexion est de faire de la nation aux kangourous un pôle énergétique et une référence en la matière.

Le drapeau de l’Australie – Crédits photo : Wikimedia Commons

Avec les diverses répercutions que cela pourrait avoir sur son économie, une fois l’expertise gagnée dans ce domaine.

Les sources d’énergie renouvelables phares étudiées par l’Australie

Pour parvenir à tenir ses objectifs climatiques et énergétiques, l’Australie devrait d’après le rapport pondu par ce groupe de réflexion, s’appuyer sur trois types d’énergie renouvelable : l’éolien, le solaire et enfin la biomasse.

Solaire et éolien réunis – Crédits photo : Flickr

Cependant, c’est surtout l’hydrogène, dont regorge l’environnement australien, qui devrait en faire l’une des premières nations à se défaire de l’électricité au charbon ou au nucléaire et 100 % renouvelable.

Quelques ajustements nécessaires

L’Australie est pays d’à peine 24 millions d’habitants et de la taille d’un continent. Du coup les principaux défis auxquels devra faire face le pays sont l’étendue de son territoire.

Le sous-continent australien – Crédits photo : Flickr

Car il est en effet complexe d’alimenter des villes situées à des centaines de kilomètres de leur site de production sans craindre des pertes ou même interruptions.

Source :

Clubic

Ne ratez pas l'actualité du monde de demain grâce à la newsletter envoyée chaque mardi. Vous allez adorer !


LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici