Accueil Société / Mondialisation L’eau potable : un or bleu que tout le monde se dispute

L’eau potable : un or bleu que tout le monde se dispute

243
PARTAGER
or bleu
Crédit photo : Haley Rivera - Unsplash

Les ressources mondiales en eau potable s’amenuisent chaque jour. Aujourd’hui, certaines villes commencent à en manquer et des enjeux géopolitiques se dessinent.

Des réserves en eau qui s’épuisent toujours plus

Les réserves mondiales d’eau douce diminuent considérablement chaque année. Au fil des décennies, cette baisse devient de plus en plus inquiétante. En 1962, environ 13 400 mètres cubes étaient disponibles par personne et par an. En 1992, ces réserves sont tombées à 8 010 mètres cubes par personne. Et en 2014, on les estimait à 5 917 mètres cubes. En cinquante ans, les réserves ont tout simplement baissé de moitié.

or bleu
Crédit photo : Ethan Sykes — Unsplash

Les zones les plus touchées par la pénurie d’eau sont l’Afrique du Nord, l’Asie centrale et le Moyen-Orient. Au total, on estime que trois milliards de personnes ne disposent pas d’un accès régulier à l’eau potable, ce qui représente 30 % des habitants de la Terre. Et les modèles semblent tous concorder : plus le nombre d’habitants va augmenter, plus ces ressources se réduiraient. La situation ne pourrait que s’aggraver.

Un respect très limité de la Convention de Genève

Si l’eau devient une denrée rare, alors les pays vont se la disputer. Un exemple très concret se dessine en Irak où deux fleuves fournissent 98 % des ressources en eau potable. La Turquie construit aujourd’hui de nombreux barrages en amont des fleuves Euphrate et Tigre. Des régions où vivent des millions de personnes sont privées d’eau. Ce sont principalement des civils kurdes avec qui ils sont en conflit. Et ce malgré la Convention de Genève.

or bleu
Crédit photo : Paul Hanaoka — Unsplash

En effet, établie en 1977, elle interdit totalement de s’attaquer aux réserves et installations d’eau potable. Ce principe semble désormais de plus en plus bafoué. En Égypte, au Soudan, en Inde et au Pakistan, des comportements similaires sont ainsi observés. Pourtant, ces pays se l’étaient jusqu’alors interdit. Avec une croissance démographique mondiale qui se poursuit, la quête de l’or bleu deviendra rapidement en enjeu stratégique.

Source :

Francetvinfo