Accueil Biodiversité Les peuples amérindiens se mobilisent pour le lac Titicaca

Les peuples amérindiens se mobilisent pour le lac Titicaca

291
PARTAGER
titicaca
Crédit photo : FotografoAficionado - Pixabay

Plusieurs fois par an, des femmes aymaras organisent des actions de nettoyage du lac Titicaca. Les peuples locaux viennent au secours de ce lac sacré.

Des amas de déchets au lac Titicaca

Le lac sacré de Titicaca est perché sur la cordillère des Andes. D’un bleu éclatant, idéalement situé au milieu des montages, il est extrêmement pollué. Des amas de déchets jonchent ses plages et endommagent son écosystème. Les autorités boliviennes et péruviennes ainsi que les peuples amérindiens tentent d’attirer l’attention du public sur la pollution qui touche ce lac sacré.

La pollution du Titicaca en images (en anglais) :

L’ONG Agua organise, avec des dizaines de femmes aymaras, des opérations de nettoyage des bords du lac. Plusieurs fois par an, elles se rendent aux abords du Titicaca pour ramasser les bouteilles, canettes, couches et sacs en plastique du site. Ces femmes, qui viennent des villages aymaras péruviens, agissent bénévolement pour rendre leur beauté au lac ainsi qu’aux plages de Puerto Perez et de Santiago de Huata. Ces communautés s’impliquent énormément dans la protection du lac : la pêche est leur principale source de revenus.

La pollution encore plus évidente en période sèche

Le lac Titicaca est sacré pour les peuples amérindiens. Il a joué un rôle prépondérant dans la constitution de la civilisation des Andes. Lorsque la saison sèche survient, la pollution du lac emblématique est encore plus évidente. Le niveau de l’eau baisse et laisse donc apparaître les amas de déchets qui se sont accumulés dans l’étendue aqueuse.

titicaca
Crédit photo : Paul Summers – Unsplash

La pollution est en grande partie due aux eaux usées qui sont déversées dans le lac. Ce phénomène engendre d’ailleurs des maladies au sein du bétail. De plus, en 2017, un total de dix mille grenouilles géantes seraient mortes dans le lac.

Cette région du monde est le lieu de vie de plus d’un million et demi de personnes. Un important besoin en décharges et en usines d’assainissement d’eau se fait donc pressant. La Bolivie prévoit de débloquer 80 millions de dollars pour ces structures, tandis que le Pérou a déjà lancé la construction de dix usines de traitement de l’eau.