Accueil Biodiversité Un bébé phoque retrouvé mort en Écosse après avoir ingéré du plastique

Un bébé phoque retrouvé mort en Écosse après avoir ingéré du plastique

667
PARTAGER
bébé phoque
Crédit photo : Wikimedia Commons

Le blanchon était déjà malade. Ses intestins ont été bouchés par un film plastique qui aura certainement accéléré son décès.

Un bout de plastique suffirait à tuer un animal

Sur l’île de Skye, en Écosse, un bébé phoque a été retrouvé mort. Son corps a été transporté au Scottish Marine Animal Stranding Scheme (le SMASS) pour être examiné. Le pathologiste vétérinaire chargé de l’autopsie, Andrew Brownlow, a retiré un bout de plastique de l’estomac de l’animal. Ce petit avait entre huit mois et un an. Selon l’expert, il est assez rare que des déchets plastiques soient retrouvés dans l’estomac des phoques.

Un extrait de Destination Wild de NatGeo Wild :

La plupart du temps, les phoques sont pris au piège dans les lignes et filets de pêche, dans lesquels ils meurent. Généralement, les cétacés et les phoques sont suffisamment intelligents pour faire la différence entre du plastique et de la nourriture. Le décès du petit phoque montre bien l’ampleur de la pollution dans les mers et océans.

Les animaux marins les plus intelligents sont aussi victimes du plastique

Il est assez rare de découvrir un phoque du Groenland au Royaume-Uni, alors qu’il vit normalement en Arctique. Cette espèce de phoque n’est pas menacée d’extinction. Les individus passent leur temps à nager dans les eaux de l’océan Arctique et du nord de l’Antarctique. Ils se nourrissent de crustacés et de poissons. Tous les ans, ils migrent vers leurs sites de reproduction. S’il n’est pas impossible de trouver ce type de phoque en Écosse, c’est tout de même plutôt rare.

phoque
Crédit photo : Henriette Valkema – Unsplash

Le vétérinaire pense que ce jeune représentant de l’espèce est né dans le nord de la Norvège. Il se serait alors dirigé au sud pour des raisons inconnues. Il pourrait s’être perdu en suivant une proie ou ses congénères. Un possible changement climatique pourrait aussi avoir joué un rôle sur ses déplacements. Le vétérinaire révèle que le bout de plastique aurait endommagé l’estomac du blanchon. Les bactéries de l’intestin se seraient alors retrouvées dans son sang. Malade, le petit n’avait pas beaucoup de chances de s’en sortir. Le plastique aurait simplement accéléré son décès.