Accueil Biodiversité La nature reprend ses droits dans le cimetière d’Ivry-sur-Seine

La nature reprend ses droits dans le cimetière d’Ivry-sur-Seine

771
PARTAGER
cimetière
Crédit photo : Nathan Anderson - Unsplash

Le cimetière d’Ivry-sur-Seine est surnommé le « poumon vert » de la ville. Il s’étend sur vingt-huit hectares. Après l’abandon des herbicides il y a trois ans, la nature y reprend ses droits et la vie commence à s’y établir.

Une démarche écologique dans le cimetière

Il y a trois ans, la municipalité d’Ivry-sur-Seine a décidé d’abandonner l’usage des herbicides. Le cimetière est un havre de paix où des démarches écologiques ont ainsi été entreprises. Et ces mesures semblent bien porter leurs fruits.

cimetière
Crédit photo : Kyle Glenn – Unsplash

Depuis trois ans, la biodiversité se développe dans ce lieu de sépulture. La végétation se fait de plus en plus dense et les animaux sauvages commencent à investir le terrain. En plus de se végétaliser, le cimetière est devenu un berceau pour cinq petits renardeaux. Benoît Gallot est le conservateur du site.

Des naissances au cœur du cimetière

Le journal Le Parisien a été le premier à dévoiler les images des petits renardeaux. Ces derniers sont nés et évoluent dans le cimetière. Ils courent, sautent et virevoltent au-dessus des tombes, apportant ainsi vitalité et jeunesse à ce site. Les bébés renards vivent donc en harmonie avec les 240 000 corps enterrés dans le cimetière d’Ivry-sur-Seine.

La vidéo publiée par Le Parisien, où l’on peut voir les renardeaux en question :

Le site comprend beaucoup d’autres espèces. Les renardeaux ont donc l’immense plaisir de côtoyer des hérissons, des chauves-souris, mais aussi des chouettes et diverses autres espèces d’oiseaux. Cette vision agréable est l’image d’une nature qui ne cesse de se raréfier. Si elle peut être visible aujourd’hui, c’est grâce aux efforts de Benoît Gallot, qui a partagé les images qu’il est parvenu à capturer.

En France, les espèces animales sont toujours plus menacées. Les renards sont victimes du statut de nuisibles qui leur colle à la peau et sont ainsi tués chaque année par milliers.

Source :

Demotivateur