Accueil Pollution Un projet nucléaire d’EDF dans le Cher inquiète les riverains

Un projet nucléaire d’EDF dans le Cher inquiète les riverains

206
PARTAGER
nucléaire
Centrale de Belleville-sur-Loire - Crédit photo : Wikimedia Commons

EDF serait sur le point de construire une nouvelle piscine d’entreposage des déchets nucléaires sur son site de Belleville-sur-Loire dans le Cher. Ce projet inquiète fortement les riverains.

L’eau de la Loire utilisée pour la piscine

Le projet d’EDF serait de construire une nouvelle piscine près de son site nucléaire de Belleville-sur-Loire. Située dans le Cher, la centrale pourra ainsi y entreposer ses déchets les plus dangereux. Les riverains de ce petit village de 1 000 âmes s’inquiètent déjà des potentielles conséquences d’un tel projet.

nucléaire
La Loire – Crédit photo : Wikimedia Commons

Comme pour les autres centrales, les piscines du site de la Hague commencent à être pleines. Il est donc nécessaire pour EDF d’en établir au moins une nouvelle pour poursuivre son activité. Ce genre de piscine contient du combustible usagé utilisé par les réacteurs nucléaires. Le produit doit subir un refroidissement de plusieurs années avant d’être stocké ou retraité.

Les travaux débuteraient en 2020

Les habitants de Belleville-sur-Loire ont donc deux ans pour se préparer à accueillir ce nouveau bassin d’entreposage. L’idée d’EDF serait de transférer une partie des déchets se trouvant sur le site de la Hague vers la nouvelle piscine de Belleville-sur-Loire, alimentée par la Loire. Ce projet pourrait être dangereux selon un expert indépendant du nom d’Yves Marignac. En face de lui, EDF affirme avoir mis au point un projet infaillible qui résistera à toutes les épreuves.

Voici l’émission C’est vous qui le dites par France 3 à la centrale de Belleville-sur-Loire :

À l’heure actuelle, le choix de Belleville-sur-Loire n’est pas encore définitif. EDF proposera un lieu d’ici la fin de cette année. Selon le directeur de la déconstruction et des déchets de la firme, une dizaine de sites sont à l’étude. De plus, le projet sera soumis à la concertation du public lorsqu’il sera devenu suffisamment « mûr ». Le début des travaux serait effectif en 2020, ce qui laisse deux ans de répit aux riverains.

Source :

Francetvinfo