Accueil Biodiversité L’interdiction de la pêche électrique votée par le Parlement européen

L’interdiction de la pêche électrique votée par le Parlement européen

149
PARTAGER
pêche
Chalutier - Crédit photo : Rmac8oppo - Pixabay

Le Parlement européen devait se prononcer hier, mardi 16 janvier, sur l’avenir de la pêche électrique. Le verdict a été rendu : les eurodéputés ont voté contre cette pratique.

Une décision attendue depuis longtemps pour la pêche durable

Le Parlement européen a pris hier une décision attendue depuis un long moment. Un amendement interdisant la pratique de la pêche électrique a été adopté. Les eurodéputés en ont même fait l’annonce sur Twitter, en se félicitant de cette grande « victoire » en faveur de l’environnement, la biodiversité ainsi que la pêche durable.

Ces derniers ont donc majoritairement décidé de s’opposer à la dérogation proposée par la Commission européenne. Cette dernière souhaitait autoriser la pêche électrique en mer du Nord, là où elle était déjà permise à titre expérimental depuis 2007. Source de nombreux conflit, ces dérogations étaient également largement remises en question par les pêcheurs et scientifiques.

Des dégâts importants qu’il était temps de stopper

La pêche électrique était vivement critiquée pour les dommages qu’elle causait à la biodiversité. En plus d’appauvrir les fonds marins, cette pratique engendrait des blessures considérables aux poissons. C’est d’ailleurs pour cette raison qu’elle était jugée cruelle par ses opposants. Les poissons qui remontaient dans les filets présentaient des traces de brûlure, des déformations du squelette et des ecchymoses faisant suite à l’électrocution.

pêche
Crédit photo : Chuttersnap – Unsplash

Par ailleurs, la pêche électrique était interdite en Europe depuis l’année 1998. Un règlement qui favorisait la conservation des ressources marines empêchait cette pratique. Pourtant, en 2007, des dérogations ont été octroyées à titre expérimental. Dès lors, des pêcheurs la pratiquaient à nouveau, et souvent outrageusement. L’amendement voté constitue une étape de plus sur un parcours législatif long pour l’Union européenne. Et ce chapitre n’est pas encore clos puisque le Parlement doit mener de nouvelles négociations avec la Commission et les États membres pour établir un compromis final.

Source :

Francetvinfo