Accueil Pollution France : le poids du charbon dans la consommation en énergie du...

France : le poids du charbon dans la consommation en énergie du pays

374
PARTAGER
énergie
Crédit photo : Iwona_Olczyk - Pixabay

Emmanuel Macron s’est récemment engagé à faire fermer les dernières centrales à charbon françaises d’ici 2022. L’heure est donc au bilan : quel est son poids actuel dans notre production d’énergie ?

Le charbon : une énergie fossile particulièrement polluante

La France métropolitaine dispose encore de cinq centrales à charbon en activité. Trois d’entre elles sont exploitées par EDF (une au Havre en Seine-Maritime et deux à Cordemais, dans la Loire-Atlantique) et les deux autres appartiennent au groupe allemand Uniper (une en Moselle et l’autre dans les Bouches-du-Rhône). Les quatre sites emploient actuellement 1 000 salariés.

charbon
Crédit photo : Mariusz-Prusaczyk — Unsplash

Outre-mer, cette énergie fossile est encore très présente. La Réunion et la Guadeloupe exploitent chacune deux centrales thermiques de ce type. Ainsi, lorsqu’il est question du charbon, il est légitime de s’interroger sur sa place dans la production d’énergie en France.

Seulement 3 % de la consommation en énergie française

Le ministère de l’Environnement dans son rapport Chiffres clés de l’énergie, édition 2016 propose une décomposition du bouquet de l’énergie en France. Ainsi, la production énergétique provient à 42 % du nucléaire, à 30 % du pétrole, 14 % du gaz, 9 % des énergies renouvelables et enfin, à 3 % du charbon. Ce dernier représente donc une petite part de la consommation d’énergie en France. Néanmoins, il n’en reste pas moins un gros polluant.

charbon
Crédit photo : herbert2512 — Pixabay

Dans le mix énergétique mondial, le charbon représente 29 % de la consommation d’énergie. La France n’est donc pas réellement en retard sur ce point. Les mesures prévues par Emmanuel Macron s’inscrivent bien dans la continuité de celles prises par le gouvernement précédent. En effet, entre 2013 et 2015 plusieurs centrales à charbon ont été fermées. De plus, en 2015 le gouvernement avait décidé de mettre fin aux subventions allouées aux exportations de centrales à charbon qui ne disposaient pas de dispositif anti-CO2.

Avant cette décision, les industriels qui souhaitent installer des centrales ou des mines à charbon à l’étranger percevaient des aides formées par des garanties d’emprunt de la part de l’État.

Source :

Le Figaro