Accueil Développement durable Les données satellites pourraient faciliter l’atteinte des objectifs de développement durable

Les données satellites pourraient faciliter l’atteinte des objectifs de développement durable

440
PARTAGER
données
Crédit photo : Joshua Fuller - Unsplash

L’observation de la planète et des pays en développement pourrait permettre de meilleurs engagements en termes de développement durable.

Une alliance entre la Banque mondiale et l’Agence spatiale européenne

Les prix des données satellites se sont effondrés. Ainsi, la Banque mondiale en a profité pour s’allier avec l’ESA (Agence spatiale européenne). Le but est de collecter des données depuis les satellites afin de permettre un meilleur soutien aux objectifs de développement durable fixés il y a deux ans. L’accord est effectif depuis 2015 et constitue une réelle opportunité pour les régions concernées. En effet, les pays en développement manquent de moyens pour atteindre les objectifs.

données
Crédit photo : NASA – Unsplash

D’autres institutions financières se sont aussi alliées à l’ESA. Cette dernière a lancé un programme du nom de Earth Observation for Sustainable Development (ou E04SD). Celui-ci définit donc le développement urbain et rural, l’agriculture et la gestion des ressources en eau comme des chantiers prioritaires. Dès lors qu’il sera déployé, de nouveaux axes de travail viendront l’étoffer. Parmi eux, les questions liées à la résilience climatique, aux États fragiles ou en conflit, aux ressources océaniques, à la réduction des risques de catastrophe et au milieu marin.

Des données de toutes sortes facilement accessibles

Les nouvelles techniques d’observation ont permis de déterminer 169 cibles et près de 230 indicateurs parmi les 17 ODD suivis. Le Comité sur les satellites d’observation de la Terre et le Groupe sur l’observation de la Terre ont publié un rapport qui les répertorie tous. Les réalisations déjà opérées sont nombreuses et on y trouve des actions de toutes sortes.

données
Crédit photo : NASA – Unsplash

Parmi elles, on trouve l’anticipation des inondations grâce à la carte des précipitations satellite, le contrôle de la pollution de l’air des villes, mais aussi l’observation de la mangrove (extensions et changements). Et ce n’est pas tout puisque les données récoltées ont aussi servi à cartographier la couverture des forêts ainsi que leur évolution, et d’autres mesures encore.

Source :

Enviro2B