Accueil Pollution de l'eau Un quart de la population mondiale en pénurie d’eau très bientôt ?

Un quart de la population mondiale en pénurie d’eau très bientôt ?

96
Pixabay - ronymichaud

L’eau est vitale. Un être humain ou un animal ni même une plante ne peuvent survivre sans cette denrée. Malheureusement, la situation est extrêmement grave. Bien plus qu’on ne le pensait. Selon le rapport du World Resources Institute (WRI), 17 pays sont en situation de pénurie d’eau…

Une situation alarmante

On parle de stress hydrique. Il s’agit de la situation de manque d’eau. D’après le rapport du World Resources Institute (WRI) paru le mardi 6 août, la catastrophe est très proche. D’ici quelques années seulement, on pourrait atteindre le jour zéro. C’est-à-dire que près d’un quart de la population mondiale pourrait être en situation de pénurie d’eau.

Le stress hydrique est calculé en fonction des besoins en eau de l’homme. Ainsi, la disponibilité en eau est de minimum 1700 mètres cubes par an et par personne. En dessous de ce taux, on parle de pénurie d’eau. Andrew Steer, PDG de l’Institut WRI, est sorti du silence pour expliquer : « La pénurie en eau est la plus grande crise, celle dont personne ne parle. »

Une pénurie inévitable ?

La pénurie semble malheureusement inévitable car la demande en eau ne cesse d’augmenter. Depuis les années 1960 l’être humain consomme de plus en plus d’eau. Et la rareté de l’eau est un phénomène observable notamment dans certains pays du monde. C’est au Moyen-Orient et en Afrique du Nord que la situation est la plus compliquée. L’Inde également souffre d’une terrible crise d l’eau.

Les populations de ces pays sont très nombreuses et il faut donc énormément de ressources en eau pour subvenir à leurs besoins. Les surfaces souterraines sont de ce fait surexploitées et la situation ne cesse d’empirer chaque année. A tel point que l’eau pourrait venir à manquer dans les cinq prochaines années. Or, sans eau, l’homme meurt…

Vous l’aurez compris, la situation est tout simplement catastrophique et pourtant, personne n’en parle. Pourquoi ?

Source :

Le Point