Accueil Climat Namibie : les animaux vendus pour les sauver de la sécheresse

Namibie : les animaux vendus pour les sauver de la sécheresse

347
namibie
Crédit photo : Martin Fennema - Unsplash

Le gouvernement namibien va mettre en vente un total de mille animaux, afin de financer la préservation de la faune sauvage du pays. Celle-ci est menacée par la sécheresse, de plus en plus longue et difficile à supporter.

Une forte sécheresse menace la Namibie

Springboks, éléphants, girafes et buffle… Tous les animaux sauvages de la Namibie sont menacés par de violentes hausses de températures au sein de leurs habitats naturels. Pour eux, les conséquences pourraient être désastreuses. Selon le gouvernement namibien, il devient nécessaire de les faire évacuer des zones menacées. Et ce, dans le but de les préserver d’une longue agonie, provoquée par le manque de végétaux et d’eau.

Les animaux ne trouvent plus d’eau – Crédit photo : Andrew Rice – Unsplash

Les animaux vont alors être soit transférés, soit vendus. Certains vont être dirigés vers des parcs moins affectés par la sécheresse et l’aridité. D’autres vont être proposés aux enchères et vendus pour trouver de nouveaux foyers.

Vendre les animaux pour les sauver d’une mort certaine

Un total de mille animaux vont ainsi trouver de nouveaux propriétaires. Parmi eux, des éleveurs et des propriétaires de réserves privées. Ces derniers seront capables de répondre aux besoins des mammifères et de leur offrir un abri sûr. Bien entendu, l’argent récolté au court de cette vente sera utilisé pour financer la préservation de la faune et la gestion des parcs de Namibie. Au total, le gouvernement espère recueillir près d’un million d’euros.

Des ventes qui financeront la préservation de la faune sauvage – Crédit photo : Harsill Gudka – Unsplash

Il est urgent d’agir et de prévenir ces épisodes de sécheresse aride. En effet, le ministère de l’Agriculture du pays a rapporté que plus de 64 500 animaux ont trouvé la mort entre octobre 2018 et mars 2019. Ainsi, si rien n’est fait pour les sauver, ce lourd bilan pourrait tout à fait devenir annuel. Ce qui serait une catastrophe pour la faune sauvage.

Source :

francetvinfo