Accueil Société / Mondialisation La loi interdisant la destruction des invendus vestimentaires bientôt votée en France...

La loi interdisant la destruction des invendus vestimentaires bientôt votée en France !

256
Des vêtements rangés dans un placard - Crédits photo : Pexels

L’industrie vestimentaire subit elle aussi sa mutation écologique depuis que des marques telles que Burberry ont été épinglées pour avoir brûlé des vêtements invendus en boutique. Bien que la marque londonienne se soit ravisée entretemps, elle a poussé des groupes de réflexion à mettre en place une offensive visant à faire voter une loi qui interdit la destruction des invendus. Cette dernière devrait être votée en France dès cette année et c’est une bonne nouvelle.

D’où naît une loi sur la destruction des vêtements invendus ?

Sans préambule, nous dirons que c’est l’association Emmaüs qui est à l’origine de l’initiative ayant abouti à ce projet de loi.

Pour comprendre les faits, il faut remonter à février 2018 alors qu’une habitante de la ville de Rouen avait partagé sur les réseaux sociaux les images d’invendus vestimentaires d’un magasin de la marque Celio. Ceux-ci étaient lacérés à coups de cutter et par conséquent importables. Cette dernière s’indigna en effet du fait que des personnes démunies soient dans l’incapacité de se vêtir convenablement mais que des marques de fast fashion se livrent à de pareils actes de détérioration de leurs invendus comme nous le rapporte France Bleu.

La boutique Celio détruit des invendus à coups de cutter – Crédits photo : Twitter

Nous rappellerons qu’il ne s’agit absolument pas d’un cas isolé. Burberry est quant à lui accusé d’avoir en 2017 détruit l’équivalent de 30 millions de vêtements invendus. Des vêtements exempts de tout reproche esthétique ou fonctionnel.

Désormais une loi pour interdire la destruction des invendus vestimentaires

Le but de cette loi est selon le ministère de la Transition écologique et solidaire est de réduire d’une part les déchets produits par les Français. En effet, sur plus de 600 000 tonnes de vêtements mis à disposition des consommateurs chaque année en France, seul 1/3 est capté par la filière de valorisation. Le reste finit bien souvent à la poubelle.

La loi interdisant cette pratique devrait être votée en fin d’année 2019. Le texte de loi initial prévoit une amende de 450 euros pour chaque article jeté ou détruit par une marque ou un revendeur.

Source :

Novethic