Accueil Réchauffement Climatique Himalaya : les deux tiers des glaciers pourraient fondre d’ici 2100

Himalaya : les deux tiers des glaciers pourraient fondre d’ici 2100

23
PARTAGER
himalaya
Crédit photo : Juliane - Liebermann - Unsplash

Selon un rapport international, les deux tiers des glaciers de l’Himalaya pourraient fondre d’ici la fin du siècle. Dans cette région glaciaire, plus de deux milliards de personnes seront mises en danger.

Les chaînes de montagnes menacent de fondre

C’est une information dramatique et inquiétante. D’ici la fin du siècle, une majeure partie des glaciers de l’Himalaya et de l’Hindou Kouch pourrait fondre si la planète poursuit ses émissions de gaz à effet de serre. Selon ce rapport publié le 4 février par l’International Centre for Integrated Moutain Development (ICIMOD), l’avenir de plus de deux milliards de personnes est menacé.

Deux milliards de personnes menacées par la fonte des glaces – Crédit photo : Christopher Burns – Unsplash

La région montagneuse de l’Hindou-Kouch-Himalaya (HKH) s’étend sur 3 500 kilomètres, de la Birmanie à l’Afghanistan. Elle est appelée « le troisième pôle » par les scientifique, en raison de son immense réserve de glace. La chaîne de montagne alimente dix cours d’eau majeurs du continent asiatique, comme le Mékong et le Gange.

De graves événements climatiques à prévoir

Si toutes les nations de notre planète parvenaient à limiter le réchauffement à +1,5 °C, entre l’ère industrielle et la fin de ce siècle (2100), la chaîne HKH perdrait tout de même près d’un tiers de ses glaciers. Cette fonte impressionnante ne sera bien évidemment pas sans conséquence pour les 250 millions de personnes qui vivent dans les montages. Ainsi que pour les 1,65 milliard d’habitants vivant en aval. La région, déjà très fragile, va continuer de se fragiliser avec les années.

Les deux tiers des glaciers de l’Himalaya susceptibles de disparaître – Crédit photo : Christopher Burns – Unsplash

Selon les scientifiques, les conséquences de la fonte de ces glaciers seront sans précédent. La pollution de l’air va s’aggraver, tandis que les événements climatiques extrêmes vont augmenter. La région aura besoin de plusieurs milliards (entre 3,2 et 4,6 milliards) de dollars chaque année jusqu’en 2030 pour s’adapter au changement climatique. Au-delà, des sommes encore plus importantes seront indispensables : entre 5,5 et 7,8 milliards de dollars par an jusqu’en 2050.

Source :

Francetvinfo