Accueil Biodiversité Porto Rico : les insectes disparaissent à une vitesse inquiétante

Porto Rico : les insectes disparaissent à une vitesse inquiétante

82
PARTAGER
insectes
Crédit photo : Elegance Thika - Unsplash

Les scientifiques décrivent le phénomène de disparition des insectes à Porto Rico comme un “Armageddon écologique”. La situation est particulièrement préoccupante.

98 % des insectes ont disparu au sol

A Porto Rico, dans la forêt d’El Yunque, les scientifiques tentent de quantifier les insecte afin de mesurer l’étendue de leur disparition. Environ trente-cinq ans après sa première expédition, le scientifique Brad Lister a mesuré une chute importante des populations d’insectes. Et les proportions sont très préoccupantes.

98 % des insectes ont disparu au sol de la forêt – Crédit photo : Mikhail Vasilev – Unsplash

Ce ne sont pas moins de 80 % des insectes qui ont disparu dans la canopé de l’île. Au sol, ce chiffre atteint 98 % ! Pour le scientifique, il s’agit là d’un véritable effondrement des populations d’insectes au cœur de la forêt vierge. Il qualifie cette situation de “terrible” et d’extrêmement perturbante. Mais ce n’est pas tout. La disparition des insectes a de grandes conséquences sur l’écosystème, en raison de leur rôle au sein de la chaîne alimentaire locale. Durant la même période, les populations d’oiseaux et de grenouilles ont aussi connu une chute de 65 %.

Quelles sont les causes de cet effondrement ?

À Porto Rico, la forêt d’El Yunque est une zone protégée. Ainsi, les responsables de l’effondrement des populations d’insectes ne sont ni la dégradation de l’environnement, ni les pesticides et autres produits chimiques. Or, les insectes subissent bel et bien des perturbations. En effet, le scientifique à l’origine de l’étude explique qu’aujourd’hui, la forêt connait 44 % de journée à 29 °C, contre aucune il y a 50 ans. Le coupable serait donc certainement le réchauffement climatique.

insectes
Le réchauffement climatique à l’origine de la disparition des insectes – Crédit photo : Match Sumaya – Unsplash

Le scientifique explique alors que nous détruisons le système à l’origine de notre existence sur la planète, ainsi que toutes les formes de vies qui y habitent. On dénombre 17 fois plus d’insectes que d’humains sur la Terre. Les scientifiques craignent que les conséquences de leur disparition massive soient catastrophiques pour la vie sur la planète bleue.

Source :

Francetvinfo