Accueil Pollution de l'eau Du calcaire utilisé pour fabriquer des sacs « plastiques » biodégradables

Du calcaire utilisé pour fabriquer des sacs « plastiques » biodégradables

341
PARTAGER
sacs
Crédit photo : Sime Basioli - Unsplash

Une entreprise chilienne a peut-être trouvé une solution aux déchets qui s’amassent dans les océans. Elle a mis au point des sacs capables de se dissoudre dans l’eau en seulement quelques minutes.

Des sacs qui se dissolvent en quelques minutes

Le 24 juillet dernier, l’entreprise SoluBag a présenté sa dernière invention : un sac totalement soluble. Durant la conférence, le directeur de la société a fait une démonstration en dissolvant un sac dans une carafe d’eau avant d’en boire le contenu. Pour obtenir ces sacs, les chercheurs ont choisi de remplacer le pétrole présent dans leur composition par un dérivé de roche calcaire. Ils ont utilisé de l’alcool polyvinylique (PVA) comme liant. Il s’agit d’un polymère biodégradable au contact de l’eau.

La présentation de SoluBag :

SoluBag a utilisé la « recette » d’une entreprise chinoise dont elle a obtenu les droits d’exploitation. Le directeur, Roberto Astete, explique alors que les sacs ne restent dans la nature que cinq minutes. Il a aussi présenté un sac de toile qui se dissout dans l’eau chaude. Ces derniers, plus résistants, peuvent alors être recyclés dans une machine à laver ou une casserole.

Le même coût de fabrication que celui des sacs en plastique

Selon SoluBag, la fabrication des sacs biodégradables en calcaire ne coûte pas plus cher que celle des sacs plastiques classiques. Ils peuvent aussi s’adapter aux chaînes de production actuelles. Au Chili, ces nouveaux sacs devraient être disponibles dès le mois d’octobre. Le pays constitue l’un des premiers du continent à avoir banni les sacs en plastique classiques. SoluBag cherche aussi à concevoir des couverts et des gobelets biodégradables.

sacs
Crédit photo : Jo Lanta — Unsplash

Chaque année, ce sont huit millions de tonnes de plastiques qui se retrouvent dans les océans. Cela équivaut à un camion-poubelle plein par minute. Il est urgent de trouver et de mettre en place de nouvelles solutions. Autrement, on comptera douze milliards de tonnes de déchets plastiques en 2050 dans les océans.