Accueil Biodiversité Afrique du Sud : les rhinocéros reçoivent des prothèses en résine pour lutter...

Afrique du Sud : les rhinocéros reçoivent des prothèses en résine pour lutter contre le braconnage

379
PARTAGER
prothèses
Crédit photo : Shripal Daphtary - Unsplash

Dans une réserve sud-africaine, les cornes des rhinocéros sont sciées et remplacées par des prothèses synthétiques. Le but est de les protéger des braconniers qui sévissent dans la région.

Un Français consacre ses terres à la protection des rhinocéros

En Afrique du Sud, dans la région de Karoo, une réserve animale accueille les animaux blessés, malades ou orphelins. Damien Vergnaud la dirige. Il s’agit d’un Français qui a décidé de consacrer ses dix mille hectares de savane aux espèces emblématiques du continent africain, dont la plupart sont menacées à l’image du rhinocéros ou du guépard.

prothèses
Crédit photo : Glen Carrie – Unsplash

Des vertus aphrodisiaques (et parfois magiques) sont prêtées aux cornes de rhinocéros. Ces derniers sont donc traqués et tués par des braconniers cherchant à gagner d’importantes sommes d’argent. Et pour cause : le kilogramme de corne se revend soixante-dix mille euros sur le marché noir. Cela représente un coût deux fois supérieur à celui de l’or. Ce trafic illégal génère des massacres silencieux, mais bien réels au sein des populations de rhinocéros. Durant l’année 2014, ce sont 1 200 individus qui ont été tués en Afrique du Sud, ce qui équivaut à plus de trois par jour.

Remplacer les cornes par des prothèses

Pour protéger les rhinocéros des attaques, Damien scie leurs cornes et les remplace par des prothèses en résine. Pour ce faire, le directeur et son équipe repèrent les bêtes encore munies de leur corne depuis un hélicoptère. L’animal est ensuite endormi par une fléchette hypodermique. Le produit n’agit qu’une demi-heure, ce qui laisse peu de temps pour scier la corne et la remplacer.

prothèses
Crédit photo : Jacob Brogdon – Unsplash

À l’aide d’une tronçonneuse et d’une perceuse, l’équipe s’attelle à ôter la corne du rhinocéros. Le vétérinaire est catégorique : l’animal ne sent rien. La matière synthétique qui vient alors remplacer la corne durcit en l’espace de quatre minutes. Ainsi, le Français met sa technique à disposition des autres réserves et parcs souhaitant prendre des mesures de protection pour les rhinocéros.

Source :

Francetvinfo