Accueil Recyclage USA : les cartes bancaires désormais fabriquées à partir de déchets plastiques

USA : les cartes bancaires désormais fabriquées à partir de déchets plastiques

252
PARTAGER
American Express, l'une des plus célèbres banques américaines prépare sa transition écologique. En effet la banque délivrera dès 2019 des cartes bancaires faites à base de déchets plastiques - Crédits photo : PxHere

Le plus souvent cités dans la presse par ce qu’ils sont en marge de l’élan écologique que connaît le monde désormais, les États-Unis sont malgré tout l’un des pays proposant le plus d’innovations dans le domaine. Pour preuve, American Express, l’une des enseignes financières emblématiques du pays de l’Oncle Sam, prépare activement le déploiement de cartes bancaires fabriquées à base de déchets plastiques.

Zoom sur cette petite révolution qui aurait, avouons-le, pu voir le jour depuis belle lurette.

Tous à l’assaut du plastique

On ne compte plus le nombre de multinationales qui se sont liguées contre le plastique. Notamment Adidas, la marque aux trois bandes qui conçoit les maillots d’entraînement de plus de 10 grands clubs européens de football à base de plastique repêché dans l’eau.

De plus, la marque germanique a également profité de la journée de la Terre le 22 avril dernier pour faire de la MLS (Major League Soccer) américaine le théâtre de ses essais. Les clubs du championnat américain de football avaient tout un week-end durant joué avec des maillots fabriqués à partir du même procédé.

Crédits photo : Karim Benzema arborant le maillot d’échauffement du Real Madrid – Adidas

Ce n’est donc pas une révolution que d’apprendre le nouveau partenariat signé entre American Express, une entreprise financières américaine, et l’ONG Parley for the Oceans. Le but du partenariat serait de produire dès 2019 des cartes bancaires à 100 % fabriquées à base de plastique.

À situation alarmante solution suffisamment dosée

Chaque année ce sont plus de 9 millions de déchets plastiques qui sont déversés dans les mers et océans. Si cette cadence se maintient, les scientifiques prévoient qu’il y aura plus de plastique que de poissons dans l’eau d’ici 2050.

D’où l’idée de certaines organisations intéressées par les questions climatiques de se servir du plastique qui jonche les mers et océans de notre planète afin de le réutiliser en vue de produire des biens de consommation ou des utilitaires pour lesquels il aurait été nécessaire de gaspiller des millions de litres de pétrole en temps normal.

On ne peut donc que saluer la décision d’American Express, qui s’est également engagé d’ici 2021 à ce que 100 % des voyages d’affaires de ses employés soient neutres en carbone.