Accueil Pollution Afrique du Sud : l’exploitation de l’or génère des maladies et de la...

Afrique du Sud : l’exploitation de l’or génère des maladies et de la pollution

265
PARTAGER
maladies
Townships - Crédit photo : Wikimedia Commons

Un journaliste français a tenté d’apporter une réponse à la question suivante : à quel point l’exploitation de l’or pollue-t-elle ? Et pour comprendre, il s’est rendu en Afrique du Sud. Ses constats sont très alarmants.

Une tonne de terre et une autre de déchets pour cinq grammes d’or

Pour extraire cinq grammes d’or, il faut remuer une tonne de déchets et une tonne de terre. Le journaliste Martin Boudot a tiré ce constat d’une enquête menée en Afrique du Sud. Il cherchait à déterminer l’impact de l’exploitation de l’or sur un plan environnemental et sanitaire.

Le journaliste Martin Boudot explique son enquête :

Lorsque les déchets sont extraits du sol, ils sont rassemblés et entassés dans des terrils. Il s’agit de monticules de terre qui sont situés non loin des quartiers très pauvres d’Afrique du Sud. Le plus souvent, ces terrils ne sont pas surveillés. Les conséquences sont désastreuses. Le journaliste explique que du mercure, du sable, de cadmium, de l’arsenic et du chrome s’infiltrent dans les nappes phréatiques. Ainsi, les populations locales en seraient les premières victimes.

De nombreuses maladies se déclarent dans la population

Bon nombre d’habitants tombent malades dans les quartiers pauvres (« townships ») qui bordent les montagnes toxiques. Ainsi, des enfants sont atteints d’une paralysie cérébrale et ne peuvent ni marcher ni parler. Autour d’un seul terril, plus d’une vingtaine d’enfants sont atteints de cette affection.

exploitation
Crédit photo : PublicDomainPictures – Pixabay

Les habitants sont convaincus que les maladies sont causées par les pollutions, et notamment la pollution au plomb. D’importantes quantités de plomb ont déjà été retrouvées dans les cheveux des enfants. Le journaliste a donc souhaité réaliser des tests sur les autres habitants ainsi que sur lui-même. Et les résultats sont très inquiétants. Les cheveux des habitants locaux contiennent cinq fois plus d’arsenic, quatre fois plus d’uranium et jusqu’à soixante-quatre fois plus de plomb que la moyenne française.

Source :

Francetvinfo