Accueil Biodiversité Le tourisme menace de plus en plus de sites à travers le...

Le tourisme menace de plus en plus de sites à travers le monde

368
PARTAGER
tourisme
Thaïlande - Crédit photo : Farsai C - Unsplash

En Italie, Venise est une destination bien trop prisée des touristes venus du monde entier. Les conséquences sur la ville et sur sa propreté sont déjà connues. Mais, dans le monde, elle est loin d’être la seule cité concernée.

Des sites menacés par le tourisme

En Thaïlande notamment, une plage a dû être interdite d’accès aux touristes en raison de son succès et des dégradations causées sur la nature. Le tourisme de masse a des conséquences sur la biodiversité locale. Au Pérou, le Machu Picchu est victime de l’abondance de visiteurs. Cela pourrait provoquer des glissements de terrain et accélérer l’érosion du site.

Crédit photo : Artak Patrosyan – Unsplash

Les sites touristiques peuvent donc être victimes de leur succès. Si l’économie locale se porte généralement bien en raison du nombre important de visiteurs, la faune et la flore de nombreux sites sont aujourd’hui menacées. Pour y remédier, les autorités imposent désormais des quotas et régulent les visites dans les lieux les plus prisés.

Les sites touristiques partiellement accessibles

Le Pérou, l’Italie, la Thaïlande, mais aussi la Croatie et la Grèce sont dans l’obligation d’agir pour préserver leur patrimoine. La citadelle croate de Dubrovnik peut voir passer jusqu’à 10 000 visiteurs par jour durant la saison estivale. L’Unesco menace aujourd’hui de déclasser le bâtiment si le nombre de visiteurs ne diminue pas. Il l’était depuis 1979.

tourisme
Grèce – Crédit photo : Artiom Vallat – Unsplash

Les croisières sont aussi très friandes des îles grecques. Ainsi, certaines d’entre elles sont également concernées par l’abondance de touristes notamment durant l’été. L’île de Santorin est dotée d’une superficie de 76 kilomètres carrés. Chaque jour, ce sont 60 000 touristes qui s’y rendent, dont 13 000 débarquent par bateau. De ce fait, les autorités ont pris la décision de limiter à 8 000 les visiteurs issus de ces croisières. Ces derniers ne seraient pas très bénéfiques à l’économie locale, ce qui justifierait ce choix de la part de la Grèce.

Source :

Francetvinfo