Accueil Pollution À Marseille, la pollution des sols d’une école maternelle inquiète

À Marseille, la pollution des sols d’une école maternelle inquiète

155
PARTAGER
école
Crédit photo : Eric Lagergren - Unsplash

Située dans le 15e arrondissement de Marseille, l’école maternelle Oasis a été complètement bloquée mardi 3 avril 2018. Les parents dénoncent la pollution des sols.

Une école bâtie sur des sols pollués

Les parents et leurs représentants souhaitent interpeller la municipalité et les pouvoirs publics sur les conditions des élèves de l’école maternelle Aygalades Oasis, située dans les quartiers nord de la ville. Le mardi 3 avril, ils ont décidé de bloquer totalement l’établissement. Ils soupçonnent une importante pollution des sols.

école
Crédit photo : Pan Xiaozhen – Unsplash

La petite maternelle fait partie des quarante-quatre écoles de la ville construites sur d’anciennes zones industrielles polluées présentes sur la liste publiée en fin d’année 2017 par le ministère de la Transition écologique et solidaire. Bâtie à la fin des années 1950, elle constitue le dernier édifice en date de la zone. Avant, on y trouvait une société de pétrole, un dépôt de liquides inflammables, une entreprise de bitume ou encore un garage et une savonnerie.

Du plomb, de l’arsenic et du mercure dans les sols

Une ancienne gardienne de l’école dénonce également l’état des sols de l’école. Aujourd’hui, elle souffre d’un cancer de la peau et elle est convaincue que cela est dû à cette forme de pollution. Elle a donc fait réaliser une étude des sols, à l’endroit même où se trouve le stade des enfants. Les analyses ont révélé la présence de mercure, de cadmium, d’arsenic et de plomb cancérigènes qui dépassaient tous les normes en vigueur.

école
Crédit photo : Jean Kleisz – Unsplash

Si la cour de l’école est goudronnée, ce n’est pas le cas des terrains qui l’entourent. Un simple grillage sépare donc les enfants de ces éléments cancérigènes. Pour les parents, il faut tout isoler et daller afin d’éviter un scandale sanitaire. La mairie de la ville ne conteste pas l’état des sols. Elle promet que, d’ici 2025, le bâtiment serait démoli afin de permettre le nettoyage des sols. Il serait ensuite reconstruit. Mais, pour les parents des enfants, cette date est bien trop éloignée.

Source :

Francetvinfo