Accueil Pollution Les motorisations électriques : une catastrophe environnementale ?

Les motorisations électriques : une catastrophe environnementale ?

3211
PARTAGER
prime
MikesPhotos - Pixabay

Nous pensions tous que la voiture électrique était une excellente alternative aux moteurs thermiques. Présentée comme étant éco-responsable si ce n’est écologique, avec bonus à l’achat, des études viennent remettre en question ces idées reçues. Elles montrent que, dans bien des cas, le bilan écologique des moteurs électriques… est nettement plus négatif que celui des motorisations essence et même Diesel !

La « voiture propre » : un mensonge marketing ?

Depuis de nombreuses années, les véhicules électriques nous sont volontiers présentés sous les étiquettes « zéro émission » ou « propre ». Mais ce ne serait en grande partie qu’un raccourci publicitaire. Et c’est efficace : presque la moitié des acquéreurs d’automobiles électriques disent avoir fait cet achat pour des raisons environnementales. Même chose pour la technologie hybride rechargeable, qui attire souvent pour ses avantages fiscaux, sans que le mode « électrique » soit véritablement utilisé… Du coup, L’Obs pouvait mettre sur le même plan électrification et Diesel :

Mais voilà, dès 2014, le Jury de déontologie publicitaire a émis des avertissements contre Bluely, Autolib’ et Renault, à cause de leurs offres d’autopartage électrique ou de la présentation de la Zoe. Lors de sa construction, chaque voiture électrique est à l’origine de dégâts environnementaux, mais cela continue après, pendant sa circulation. De fait, la pollution via les particules fines proviendrait pour les neuf dixièmes des freins et des pneus : plus lourdes, les automobiles électriques ne seraient pas les mieux placées en la matière…

L’impact environnemental de l’électrique

Il ne faut pas se leurrer : la production de voitures électriques émet du CO2. Leur fabrication est d’ailleurs beaucoup plus gourmande que la construction de véhicules à motorisation thermique. Tout cela à cause de la batterie. Pourtant, cela ne les empêche pas de donner droit, en France, à de beaux crédits d’impôt ! Sachez cependant que la plupart des batteries sont conçues en Chine grâce à de l’énergie majoritairement obtenue… avec du charbon ! C’est ainsi que certains détracteurs des moteurs électriques parlent volontiers d’« hypocrisie » :

En outre, la production de l’électricité qui sert à recharger les batteries peut elle aussi occasionner de la pollution. Cela dépend bien entendu des pays. Il a été estimé qu’il fallait parcourir 40 000 km en Norvège pour qu’une voiture électrique soit globalement moins polluante qu’un Diesel. Cela passe à 100 000 km environ pour la France – à condition d’éviter la question des déchets nucléaires… Puis à 160 000 pour l’Allemagne. Et les moteurs électriques resteront en réalité toujours plus polluants que l’essence en Australie, en Chine, au Japon, aux Pays-Bas et en Pologne !

Le problème de la pollution par les moyens de transport est donc immense. Il faut l’envisager dans sa globalité… et ne pas se limiter à la face visible de l’iceberg. Ce que doit faire le consommateur dans ce bazar, c’est un autre problème… !

Source :

Challenges