Accueil Environnement Terrestre La géo-ingénierie utilisée sur les glaciers contre la montée des eaux

La géo-ingénierie utilisée sur les glaciers contre la montée des eaux

326
PARTAGER
glaciers
Crédit photo : Aleks Dahlberg - Unsplash

Le réchauffement climatique accélère la montée des eaux et menace une grande partie des villes côtières. D’étonnantes propositions pour freiner ce phénomène commencent à voir le jour.

Des solutions de grande ampleur

John C. Moore et Rupert Gladstone, deux climatologues et professeurs à l’université de Lapland en Finlande, ont cherché un moyen de limiter la fonte des grands glaciers du Groenland et de l’Antarctique. Ces glaciers sont dits à « écoulement rapide ». Pour cela, ils ont testé trois approches de géo-ingénierie à l’aide d’un supercalculateur.

glaciers
Crédit photo : Ivan Chen – Unsplash

En premier lieu, il serait question de faire barrage aux eaux chaudes en provenance de l’Atlantique et qui se dirigent vers le glacier Jakobshavn au Groenland. Pour cela, il faudra ériger un mur d’une centaine de mètres juste au-dessus des fonds océaniques. La barrière permettrait d’étirer le fjord d’environ cinq kilomètres et empêcherait ainsi les courants chauds de toucher la base du glacier qui est très sensible.

Freiner la montée des eaux à l’aide des glaciers

La seconde option imaginée par les chercheurs serait de créer une île artificielle capable de soutenir les glaciers de Thwaites et de Pine Island. Ceux-ci se trouvent à l’ouest de l’Antarctique. La plateforme artificielle pourrait alors bloquer la glace qui s’échappe des glaciers.

glaciers
Crédit photo : Lorenzo Castagnone – Unsplash

Enfin, la dernière piste imaginée par les climatologues consiste à drainer les infiltrations directement dans la glace. Il faudrait geler la pellicule d’eau qui se trouve sous le lit des glaciers, lorsque leur configuration le permet. Ce lit se trouve généralement à plusieurs dizaines ou centaines de mètres de profondeur.

Ces trois techniques restent encore controversées. Pourtant, les auteurs de l’étude qui est parue dans Nature le 14 mars 2018 estiment qu’il serait préférable d’évaluer la faisabilité de ces solutions, plutôt que de ne rien tenter du tout…