Accueil Pollution de l'eau Un gourou indien lutte pour assainir les cours d’eau pollués de son...

Un gourou indien lutte pour assainir les cours d’eau pollués de son pays

295
PARTAGER
cours
La lessive dans le Gange - Crédit photo : Wikimedia Commons

Une campagne menée en Inde aura permis au yogi Sadhguru de sensibiliser les populations à la menace qui pèse sur le fleuve Gange et ses affluents.

Un périple de 9 000 kilomètres à travers l’Inde pour sauver les cours d’eau

Il y a de cela six mois, un homme a entamé un périple d’un peu plus de 9 000 kilomètres. Il avait pour objectif de sensibiliser les populations à la situation des cours d’eau de l’Inde. En effet, le Gange est très mal en point. Il s’agit de l’un des fleuves les plus sacrés du monde et, pourtant, il est aussi reconnu pour être le plus sale de tous. Les eaux usées et les déchets en polluent la moitié. On y retrouve souvent des cadavres : la crise de l’eau était inévitable.

cours d'eau
Gange – Crédit photo : Ganapathi Brahm – Pixabay

Certaines organisations ont alors décidé d’agir comme l’Isha Foundation, créée en 1992 par Jaggi Vasudev. Ce dernier est aussi connu sous le nom de Sadhguru. Il a débuté une campagne nationale en 2017.

Des propositions et un soutien international

L’initiative de Sadhguru a été très médiatisée. Il a mené plus d’une centaine de conférences en un mois dans un total de 16 États. Son organisation a proposé de planter des arbres sur un peu plus d’un kilomètre de large aux abords des berges du Gange. Selon Sadhguru, il s’agit de la solution la plus naturelle et efficace pour revivifier le fleuve et influencer positivement les nappes phréatiques. Les racines stabilisent les berges et empêchent l’érosion d’endommager les sols. Les feuilles apportent une protection à l’eau face au soleil.

Un reportage sur la pollution du fleuve Gange en Inde :

Néanmoins, beaucoup estiment que cette solution propose des effets bien trop longs. Elle n’influerait pas non plus sur les barrages, la déforestation et l’extraction des sables. Enfin, cette solution ne permet pas de lutter contre la pollution directement déversée dans les rivières et le fleuve. La solution parfaite ne semble donc pas encore avoir été trouvée.