Accueil Climat Longyearbyen : la ville dans laquelle il est interdit de mourir

Longyearbyen : la ville dans laquelle il est interdit de mourir

1049
PARTAGER
Longyearbyen
Longyearbyen - Crédit photo : Wikimedia Commons

Longyearbyen est la capitale de l’archipel Svalbard, que l’on trouve au nord de la Norvège. Ses conditions climatiques uniques nécessitent des lois très particulières.

Une ville « unique, sûre et créative »

Longyearbyen compte 2 144 habitants. Les lois de cette commune, qui a pour devise « unique, sûre et créative », sont pour le moins originales. Cela est dû aux conditions climatiques uniques présentes dans la ville la plus septentrionale du monde.

Les touristes sont les bienvenus, mais les chats sont interdits de séjour dans la ville, le but étant de préserver les oiseaux. Les habitants et les visiteurs doivent enlever leurs chaussures avant d’entrer dans tous les bâtiments. L’alcool fait l’objet d’un rationnement. La ville de Longyearbyen n’accepte plus les nouveaux administrés et chasse tous ceux qui perdent leur emploi.

Une présentation vidéo de la ville :

Selon les autorités, les conditions de vie locales sont très délicates. Il est donc essentiel que tous les habitants puissent subvenir à leurs propres besoins.

Une ville dans laquelle les corps ne se décomposent pas

La plus insolite de toutes les lois de Longyearbyen stipule qu’il est interdit d’y mourir. Située très près du pôle Nord, la ville de Longyearbyen connaît la plupart du temps des températures négatives. Le sol est gelé en permanence, ce qui fait que les corps ne peuvent pas se décomposer. Dans les années 1950, la mairie a donc interdit à ses administrés de mourir. Si cette requête semble étrange, les scientifiques l’approuvent. Ils sont parvenus à mettre en évidence la présence d’un virus de grippe mortel qui a survécu dans la terre gelée avec le corps de personnes décédées enterrées en 1918.

Longyearbyen
Longyearbyen — Crédit photo: Wikimedia Commons

Pour des raisons sanitaires évidentes, il n’est plus possible d’enterrer des corps dans l’archipel. Les personnes malades en phase terminale sont envoyées à Oslo. La commune ne dispose d’aucune maison de retraite et d’aucun service de gériatrie. Les résidents ont néanmoins la possibilité de faire transférer leurs cendres dans le cimetière de Longyearbyen. Enfin, les naissances ne sont également plus possibles en milieu médicalisé. Faute d’hôpital, les femmes enceintes sont transférées des semaines avant leur terme sur le continent et ne reviennent que quelques semaines après la naissance.

Source :

Francetvinfo