Accueil Droits des animaux Une compétition entre les universités américaines pour développer la laine vegan

Une compétition entre les universités américaines pour développer la laine vegan

295
PARTAGER
laine
Crédit photo : Robin Vet - Unsplash

Stella McCartney et l’association de défense des animaux PETA se sont associées afin de favoriser le développement de la laine vegan. Les universités américaines sont désormais en compétition.

Une mode sans matière animale

Stella McCartney veut développer la laine vegan afin de favoriser une mode sans matière d’origine animale et sans souffrance. Pour cela, elle a décidé de s’associer avec la PETA, ainsi que la société d’investissement Stray Dog Capital. C’est ainsi qu’un challenge de biodesign a été lancé aux universités américaines. Leur objectif sera de créer des laines synthétiques qu’il sera possible d’utiliser la confection de vêtements.

laine
Stella McCartney – Crédit photo : Wikimedia Commons

Parsons et l’institut de technologie de la mode font partie des trente universités américaines qui participent au concours. Les gagnants pourront passer une quinzaine de jours dans les locaux londoniens de Stella McCartney afin d’apprendre à ses côtés.

Un processus de fabrication évolutif

Les étudiants devront développer de nouveaux matériaux capables de remplacer la laine, tout en offrant des qualités similaires : chaleur et possibilité de la tricoter. Ces étudiants universitaires devront également prendre en considération l’ensemble des aspects de la chaîne de vie de ces matériaux. Ils devront mettre en place la logique de l’économie circulaire, de la production de la laine vegan jusqu’à son recyclage.

La présentation vidéo du projet de Stella McCartney (en anglais) :

À long terme, l’objectif sera de créer un procédé de fabrication novateur et évolutif pour ce nouveau type de laine vegan. Elle devra être compatible avec l’actuelle industrie du vêtement. Cette innovation est d’autant plus importante quand on connaît les ravages causés par l’industrie de laine animale : maltraitance des animaux, contamination des cours d’eau, pollution au méthane, érosion des sols… La PETA a d’ailleurs fait de cette cause l’une de ses priorités. Régulièrement, l’association expose les violences infligées aux animaux issus des trente-neuf installations de ce type de production dans le monde.