Accueil Biodiversité Les moustiques peuvent être entraînés à ne plus piquer

Les moustiques peuvent être entraînés à ne plus piquer

327
PARTAGER
moustiques
Moustique - Crédit photo : Ekamelev - Pixababy

Une récente étude a mis en évidence la sensibilité des moustiques à certaines vibrations. Ces dernières les empêchent de piquer les humains.

Les moustiques sont dangereux pour l’humain

Les moustiques sont devenus l’animal le plus dangereux pour l’humain. Ils portent de nombreuses maladies comme la dengue, le paludisme, la fièvre jaune, le chikungunya ou encore le virus Zika. Le site Futurism a rapporté qu’une nouvelle expérience menée aurait la capacité de constituer une arme redoutable contre ces insectes. Il s’agit en réalité de les entraîner à ne plus piquer.

moustiques
Crédit photo : Manlake Gabriel — Unsplash

Une étude scientifique publiée dans Current Biology indique que lorsque l’on initie une tape de la main vers un moustique sur le point de piquer, ce dernier associe notre odeur corporelle à une expérience désagréable, voire menaçante. Ainsi, l’insecte en question ne s’attaquera plus au même humain, ce qui met en évidence sa capacité à apprendre et surtout, à mémoriser.

Une méthode basée sur les vibrations

Les scientifiques à la tête de cette étude ont donc retranscrit cette tape de la main sous la forme de vibrations. Ils ont ainsi observé que les vibrations créées empêchaient le moustique de piquer durant une période approximative, mais continue de vingt-quatre heures.

moustiques
Crédit photo : Ekamelev — Pixabay

Cette méthode est toujours en cours d’élaboration, mais il semblerait qu’elle pourrait être développée d’une manière plus efficace dans un avenir proche. De plus, elle ouvre de nouvelles portes vers le traitement contre les moustiques sans avoir à utiliser d’insecticides forts. En effet, ces produits chimiques ont des effets nocifs sur les êtres vivants et les écosystèmes.

L’étude en question a été menée par Chloé Lahondère et Clément Vinauger. Tous deux travaillent à la faculté d’Agriculture et des Sciences de la vie de la Virginia Tech, aux États-Unis. Ils sont assistants-professeurs en biochimie.