Accueil Développement durable Pour réduire la facture d’énergie, un zoo utilise l’intelligence artificielle

Pour réduire la facture d’énergie, un zoo utilise l’intelligence artificielle

289
PARTAGER
intelligence
Antilope de Nyala - Crédit photo : Simon Greenwood - Unsplash

En Angleterre, un zoo a décidé d’utiliser une intelligence artificielle pour chauffer les différents enclos. Le projet s’inscrit au cœur d’une expérimentation mondiale visant à réduire l’empreinte carbone du site.

Des économies réalisées sur les factures d’énergie

Le zoo de Marwell, situé dans le comté du Hampshire en Angleterre, dépense tous les ans la somme de 170 000 euros en électricité. Il a donc décidé de s’associer à la société IBM pour installer un système de chauffage intelligent pour l’antilope appelée « nyala ». Cette espèce originaire du continent africain apprécie les climats chauds. La technologie s’appuie sur un algorithme traitant les données de capteurs infrarouges qui détectent la présence des antilopes dans leur abri. Si elles s’y trouvent et que la température est trop basse, le chauffage s’active.

intelligence
Antilope nyala — Crédit photo : Kapa65 — Pixabay

Le système est parvenu à faire économiser 30 à 40 % sur les factures d’électricité du zoo, tout en prenant les bonnes décisions durant 95 % du temps. Les économies réalisées seront investies dans diverses activités de conservation ou de développement du parc. Et les responsables du zoo en sont très contents, d’autant plus que les animaux profitent pleinement de cette technologie.

Un bien-être animal amélioré par l’intelligence artificielle

Grâce à l’intelligence artificielle, les antilopes sont gardées au chaud au moyen de lampes chauffantes qui les ciblent exclusivement. Et un nombre suffisant de lampes dans les abris permet d’offrir une bonne couverture. D’autant plus que le système peut détecter l’absence d’animaux. Ainsi, toutes les capacités des lampes de chauffage profitent aux antilopes.

intelligence
Un nyala dans son milieu naturel — Crédit photo : IanZA — Pixabay

Avant que ne fût installé ce système, les lampes chauffantes ne pouvaient être contrôlées. Elles restaient allumées toutes les nuits de l’automne et du printemps (les nuits sont froides). L’hiver, elles étaient actives à chaque heure du jour comme de la nuit. Ainsi, ce nouveau type de capteurs permet de maintenir la chaleur dès qu’un corps chaud est détecté. Et ce, qu’il soit en mouvement ou en plein sommeil.

Source :

Enviro2B