Accueil Architecture En Allemagne, une mine de lignite s’agrandit aux dépens d’une église

En Allemagne, une mine de lignite s’agrandit aux dépens d’une église

335
PARTAGER
Démolition de l'église Saint-Lambert d'Immerath le 9 janvier 2018. Crédits photo : Superbass, Wikimedia Commons

Le mouvement écologiste allemand est plutôt fort. Le tri sélectif est drastique dans certaines villes comme Fribourg-en-Brisgau, et nombre d’Allemands viennent manifester en France contre le nucléaire. Mais si l’Allemagne se détourne de cette dernière source d’énergie, elle n’est pas à une contradiction près en exploitant encore abondamment le charbon. Dernièrement, un monument pour le moins imposant a même été détruit pour l’extension d’une mine par le groupe RWE, le tout à ciel ouvert.

L’église d’Immerath a été détruite

La nouvelle a de quoi impressionner. C’est un édifice que l’on pourrait qualifier de grandiose qui a été détruit, avec son cloître, pour permettre l’agrandissement d’une mine de lignite. Rappelons que la matière première ainsi extraite alimente principalement des centrales électriques émettant en grande quantité des gaz à effet de serre.

L’église Saint-Lambert d’Immerath, en Rhénanie-du-Nord-Westphalie (Allemagne), ici en août 2017 avant sa destruction le 9 janvier 2018. Crédits photo : Johan Bakker, Wikimedia Commons

Le village d’Immerath se situe en Allemagne, dans le Land de Rhénanie-du-Nord-Westphalie. Avec moins de 100 âmes, il comptait un patrimoine remarquable, dont des bâtisses rouges en briques et un moulin. Mais sa grande église Saint-Lambert n’existe plus. Même le cimetière local a dû être déménagé ! Il aurait en revanche été trop coûteux pour le lieu de culte de bénéficier de la même faveur. La commune est désormais peuplée au niveau d’Immerath Neu, car les villageois se sont éloignés au fur et à mesure que la mine de lignite locale grandissait. Une autoroute a elle aussi été déviée.

Une décision surprenante

La destruction d’un bâtiment emblématique de la fin du XIXe siècle est encore plus choquante dans un contexte de lutte contre les énergies fossiles. À cet égard, il semble irrespectueux pour l’environnement d’agrandir une mine de charbon. Les habitants de la commune aussi bien que les militants de Greenpeace – entre autres – s’y étaient opposés.

Mais rien n’y a fait, l’église a dû être déconsacrée fin 2013 et détruite le 9 janvier 2018 malgré un recours auprès du Tribunal constitutionnel fédéral de l’Allemagne. Ce n’était pas une église végétale, mais bien un complexe en pierre particulièrement solide. Les images sont terribles :

Encore plus fou, le site de charbon brun de Garzweiler devrait être exploité par RWE jusqu’en… 2045. Tout cela parce que cette matière première hautement polluante est peu onéreuse. En effet, elle est exploitée en surface. Encore près de 20 villages devraient être déplacés, soit 10 000 personnes environ.

En 2016, le charbon correspondait aux deux cinquièmes de l’électricité consommée par les Allemands. La transition énergétique n’est qu’un vain mot pour certains à l’heure actuelle…

Source :

La Croix