Accueil Innovation & Transport La paille et le bois pourraient bientôt faire voler les avions

La paille et le bois pourraient bientôt faire voler les avions

569
PARTAGER
avions
Crédit photo : Gary Lopater - Unsplash

Un biocarburant de deuxième génération nommé BioTfuel vient tout juste d’entrer en phase de préindustrialisation. L’objectif est de faire voler les avions et fonctionner les moteurs diesel avec du biokérosène et du biogazole composés de bois et de paille.

Un nouveau carburant plus propre pour les avions

Au terme de cinq années de recherches, le biocarburant BioTfuel a été mis au point et entre dans sa phase de préindustrialisation en ce mois de décembre 2017. Il doit permettre de remplacer les carburants utilisés actuellement par les avions notamment. Sa particularité tient dans leur composition, puisqu’il est fait de paille et de bois, qui sont transformés en biogazole ou en biokérosène.

avions
Crédit photo : Paille – Idella Maeland – Unsplash

C’est en 2009 que le projet prend forme après sa validation auprès de l’Agence pour le développement et la maîtrise de l’énergie. L’objectif est alors de fabriquer un biocarburant à partir de déchets de la biomasse. En 2011, Total s’engage au niveau financier sur le projet. C’est finalement en 2017 qu’il trouve un soutien de la région des Hauts-de-France, mais aussi du fonds Feder pour entrer dans l’une des dernières étapes vers sa commercialisation.

Un biocarburant issu de résidus de la biomasse

La paille et le bois qui sont convertis en BioTfuel proviennent des détritus de l’activité forestière et de l’exploitation agricole. Les matières premières sont disponibles en grandes quantités, ce qui permet une production peu coûteuse et massive. En premier lieu, les matières sont broyées et séchées, avant d’être torréfiées et réduites en poudre. Par la suite, les poudres obtenues sont gazéifiées et transformées en hydrocarbures. C’est sur l’un des sites de Total à Dunkerque que l’opération est effectuée.

avions
Crédit photo : Aile d’avion – Beasty – Unsplash

Un consortium européen prépare actuellement l’après-pétrole et se compose du Commissariat à l’énergie atomique, le groupe allemand Uhde et l’Institut français du pétrole. C’est à celui-ci que les producteurs d’oléagineux ainsi qu’Oléon se sont associés pour atteindre des objectifs fixés pour 2020. Ils souhaitent donc proposer des biocarburants alternatifs pouvant être utilisés seuls ou mélangés aux moteurs diesel et réacteurs d’avion. Les biocarburants disposent d’un bilan environnemental avantageux, qui permet aux industriels de réduire leurs émissions de plus de 90 %.