Accueil Maladies & Problèmes Ce bébé parvient à survivre avec un cœur hors de sa poitrine

Ce bébé parvient à survivre avec un cœur hors de sa poitrine

521
PARTAGER
Le bébé qui vient d'être opéré. Crédit photo : Glenfield Hospital

Ce phénomène rarissime est appelé ectopie cardiaque. Il s’agit du fait pour un bébé de naître avec un cœur hors de la poitrine. Encore plus rare, une équipe de médecins a réussi à remettre l’organe en place.

Une décision courageuse pour les parents

Lorsque les parents de la petite Vanellope Hope Wilkins ont appris lors de leur échographie de neuf semaines qu’elle souffrait de cette malformation rare qui n’affecte que cinq bébés sur un million, ils ont décidé de se battre. Pour confirmer ce diagnostic, ils se sont rendus chez une consultante en cardiologie fœtale à Glenfield.

Crédit photo : capture écran Vimeo

Une fois l’affection certifiée, les parents de Vanellope ont décidé de lutter pour que leur fille ait les meilleures chances de survie. Ils ont bien sûr poursuivi la grossesse. À 32 semaines de grossesse, il a donc fallu se préparer psychologiquement et physiquement pour faire face à l’accouchement et à l’opération qui allait suivre.

Une préparation minutieuse pour la venue du bébé

Suite à la décision des parents, une intervention chirurgicale a été prévue pour permettre au bébé de vivre normalement. Cette dernière visait à remettre le cœur dans la cavité thoracique. Les parents ont tout de même choisi de recourir à cette opération malgré le faible taux de réussite.

Une IRM de l’abdomen a donc été effectuée sur le fœtus, elle a permis de confirmer la présence et la bonne santé des structures osseuses, des poumons et du cerveau. Pour donner plus de chance au bébé, une césarienne a été effectuée sur la mère pour que le cœur ne soit pas comprimé lors de l’accouchement.

Moins d’une heure après la délivrance, une équipe de professionnels de la santé a procédé avec succès à la remise en place du cœur. Depuis sa naissance, la petite Vanellope a subi 3 autres opérations et a été prise en charge par 50 employés de l’hôpital de Glenfield à Leicester en Angleterre.

Source :

Sciencepost