Accueil Environnement Terrestre 1 Français sur 3 jetterait ses déchets à travers la fenêtre de...

1 Français sur 3 jetterait ses déchets à travers la fenêtre de la voiture

Des déchets jonchant le bord de la chaussée - Crédits photo : PxHere

Les routes français sont sales, jonchées de déchets, et la situation ne va pas en s’arrangeant. Bien au contraire, puisqu’une étude vient de voir ses résultats publiés. Il s’avère qu’un Français sur 3 jetterait ses déchets à travers la fenêtre de la voiture. Quelles implications sur notre environnement ?

Nos routes remplies de déchets

Elles sont nombreuses les routes françaises sur lesquelles vous retrouverez à loisir mégots et cigarette, chewing-gum et emballages divers. Chaque année près de 9 000 tonnes de déchets sont ainsi déversés par les citoyens sur la voirie nationale. Il serait peut-être grand temps de prendre conscience de ce phénomène qui gagne du terrain, puisque dans les années 1950 moins d’un Français sur 3 se comportait de la sorte.

Le constat est toutefois clair. Puisque que vous soyez à bord de votre véhicule pour aller ou rentrer des vacances, du travail ou peu importe la destination, vous avez dû remarquer l’impressionnante saleté qui emplit nos routes.

Quels déchets sont les plus récurrents ?

Dans l’absolu on retrouve un peu de tout sur nos routes. Des clous aux morceaux de bois, en passant par des animaux écrasés ou même des poubelles. Si l’on en vient à jeter ses ordures sur la chaussée, c’est qu’il y a effectivement un problème.

Une constante demeure cependant, les déchets consommables sont les plus nombreux. On retrouve donc logiquement des déchets de type organique. Qui représentent 25 % des ordures déversées en route. Notamment des trognons de pommes, peaux de fruits ou noyaux. Mais aussi des déchets de type inorganiques, à l’instar de des mégots de cigarette et des chewing-gums. Ceux-ci représentent 14 %. Les emballages et déchets divers représentent 6 %.

Et sinon quel est le problème ?

Malgré le fait que ces déchets ne soient de toutes façons pas sensés être retrouvés sur la route, le souci réside dans leur processus de dégradation. Tandis que les déchets organiques se décomposent aisément dans la nature, les inorganiques sont quant à eux plus longs à se dégrader. Certains comme le plastique prennent 450 années à le faire.

Source :

Neozone

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here