Accueil Environnement Terrestre 4 astuces pour réduire son empreinte écologique sur Internet

4 astuces pour réduire son empreinte écologique sur Internet

422
Internet - Crédits photo : Mil USA

Qu’il s’agisse d’envoyer un e-mail, enregistrer une image, écouter de la musique ou tout simplement écrire à son meilleur ami sur WhatsApp, l’usage d’Internet participe lui aussi réchauffement climatique. En effet pour fonctionner la toile a besoin d’avoir accès en permanence à des données stockées dans des serveurs. Serveurs qui, consomment d’hallucinantes quantités d’énergie. Energie elle-même produite par des moyens peu conventionnels dans certains pays. Si la fibre écologique vous pousse du nez en cette fin de semaine, voici 4 astuces pour réduire efficacement votre empreinte écologique sur Internet !

#1. Servez-vous de moteurs de recherche écologiques ou qui essaient de l’être

Google est certes la plus grosse bibliothèque jamais mise sur pied par l’Homme, il n’en demeure pas moins qu’avec plusieurs milliards d’utilisateurs celui-ci est aussi à l’origine d’une quantité astronomique de pollution. Il faut en effet stocker les données personnelles de tout ce beau monde avant de les revendre aux plus offrants.

Le moteur de recherche écolo Ecosia – Crédits photo : VivreDemain via TechGuru

A la place, préférez user de moteurs de recherche plus verts. Notamment Ecosia, qui reversent 80 % de leurs bénéfices à des programmes de reforestation dans des pays tropicaux tels que le Pérou, la Tanzanie… Les résultats seront certes moins précis que ceux de Google, mais vos données personnelles sont sauves et la planète moins polluée.

#2. Un client mail écolo ça fait pas de mal

Et sinon qu’est-ce qu’il y a après le moteur de recherche écolo ? La boite mail écolo bien-sûr ! Lilo propose ce service, en plus de reverser 50 % de ses bénéfices à des associations et ONG mettant en place des projets sociaux et environnementaux.

Comme l’explique en effet Lilo, chaque année chacun d’entre nous produit en moyenne 130 Kg de CO2 en usant de boites mail traditionnelles. En cause, les pièces jointes et publimails. La plateforme propose un service unique qui en vaut assurément la peine.

#3. Si vous ne les lisez pas, supprimez-les

Les mails sont eux aussi à l’origine de la pollution de la toile. Si vous ne les lisez pas, ou les avez déjà lu, supprimez-les tout simplement.

Plus vous possédez de mails dans votre boite électronique, plus vous occupez de l’espace dans les serveurs du fournisseur de messagerie électronique et plus ces derniers consommeront de l’énergie pour vous permettre d’accéder à vos documents et mails.

#4. Évitez de tout imprimer

L’impression des documents récupérés sur le net est sujette à la production de quelques microgrammes de CO2. En plus de gaspiller du papier produit à partir d’arbres qui auraient pu servir à produire de nouvelles molécules d’oxygène. Du coup, n’imprimez que lorsque c’est réellement nécessaire et utile.

 

Source :

Neozone