Accueil Climat Environnement : le Royaume-Uni vise l’objectif zéro carbone d’ici 2050

Environnement : le Royaume-Uni vise l’objectif zéro carbone d’ici 2050

427

Désormais très engagé dans les questions environnementales et climatiques, le Royaume-Uni se mue en un exemple à suivre en matière de respect de notre planète. La nation compte aller plus loin dans les 30 années à venir, puisqu’elle vient d’annoncer son intention d’atteindre l’objectif zéro déchet d ici 2050.

Plus question de réduction, le Royaume-Uni projette d’arrêter de polluer

Les legislateurs britanniques n’en sont pas à leur coup d’essai en ce qui concerne leur envie de stopper net le fléau qu’est la pollution. Alors qu’en 2008 il était question au parlement britannique de réduire d’ici 2050 de 80 % les émissions de gaz à effet de serre sur l’étendue de son territoire il est désormais question non plus d’une réduction mais tout bonnement d’un arrêt pur et simple de la pollution sur le même intervalle de temps.

Cette décision fait entrer de plein fouet le voisin outre-Manche dans le club très sélect des nations envisageant leur neutralité carbone à plus moins long terme.

La Tamise à Londres – Crédits photo : Max Pixel

On y retrouve notamment la Norvège qui compte y parvenir d’ici 2030, mais aussi la Finlande qui pour da part a fixé la date de sa neutralité carbone à 2040, ou la Suède en 2045. De plus le Royaume-Uni deviendrait de fait l’unique pays du G7 à adopter un tel virage à 180 degrés côté environnement.

La planète souffre et crie sa douleur

Si rien n’est fait pour ralentir le processus de réchauffement climatique, d’ici 2050 nous aurons perdu 18 % de la biodiversité, le monde comptera 130 millions de réfugiés climatiques et l’humanité devra faire face à une baisse drastique de ses récoltes agricoles du fait de la salinisation des sols par l’eau issue de la fonte des glaciers.

Il est donc nécessaire que chaque grande nation prenne ses responsabilités comme vient de l’annoncer le Royaume-Uni. Par ailleurs le pays se dit prêt à faire d’énormes sacrifices pour ne plus produire la moindre molécule de carbone artificiellement en 2050.