Accueil Pollution Le cinéma, une industrie qui pollue énormément

Le cinéma, une industrie qui pollue énormément

39
PARTAGER
cinéma
Crédit photo : Jakob Owens - Unsplash

Nous avons l’habitude de regarder des films et des séries à la télévision. Mais ce que nous avons tendance à oublier, c’est qu’un tournage génère beaucoup de pollution.

Une industrie qui gaspille et qui pollue

Un exemple très parlant est le dernier film de la saga mondiale James Bond, Spectre. Au cours de ce tournage, ce ne sont pas moins de trente millions d’euros qui ont été dépensés dans des véhicules détruits pour les besoins du film. L’industrie du cinéma gaspille autant qu’elle pollue.

cinéma
Le cinéma ravage des décors naturels – Crédit photo : Sharegrid – Unsplash

Un ancien régisseur du nom de Charles Gachet-Dieuzeide a eu l’occasion de constater les dégâts et la pollution engendrés par différents tournages. Il cite par exemple la mauvaise gestion des déchets, les nombreux déplacements des équipes, la détérioration des milieux naturels… Il mentionne souvent l’exemple d’un des tournages auxquels il a participé. Pour enneiger une montagne, l’équipe a déversé des tonnes de résidus de plastique blanc. Et ce, sur un pan entier de montagne. Une vision qui l’a profondément marqué.

Peut-on verdir l’industrie du cinéma ?

L’ancien régisseur a créé en 2018 la société Secoya Eco-tournage, afin d’encourager les productions à faire plus attention à l’environnement. Sa mission consiste donc à freiner l’impact écologique du cinéma en organisant des tournages plus respectueux de l’environnement. Il explique qu’il est temps d’arrêter de détruire des décors naturels pour des scènes de quelques secondes dans les films. Selon lui, chaque projet est réalisable, sans avoir à détruire la planète ni à compromettre la liberté artistique des réalisateurs.

Un industrie qui génère du gaz à effet de serre -Crédit photo : Chris Murray – Unsplash

En France, et chaque année, l’industrie audiovisuelle serait à l’origine d’émissions de gaz à effet de serre considérables, de l’ordre de onze millions de tonnes. Ce chiffre équivaut à un total de 410 000 allers-retours en avion entre New York et Paris !

Source :

francetvinfo