Accueil Environnement Terrestre Hauts-de-Seine : dès ce 1er mars, une police dédiée à l’environnement mise...

Hauts-de-Seine : dès ce 1er mars, une police dédiée à l’environnement mise en place

25
PARTAGER
Un espace vert protégé - Crédits photo : Pixabay

L’une des raisons qui poussent les contrevenants à agir en polluant l’environnement est sans doute liée au fait qu’il n’existe personne pour les appréhender durant leur forfait. Les Hauts-de-Seine ont décidé de remédier à cette situation en lançant une police de l’environnement qui sera lancée dès ce 1er mars 2019. L’objectif visé est surtout de dissuader les habitants de se débarrasser de leurs déchets plastiques, des mouchoirs et gamelles en aluminium sur la place publique.

Les Hauts-de-Seine misent sur une brigade de l’environnement

Les communes de Grand Paris ont décidé de lancer une police de l’environnement dont les missions sont essentiellement la prévention et la sensibilisation des riverains. Au total ce sont 8 communes du Grand Paris qui ont décidé de conjuguer leurs efforts afin de mettre en place une police spécialement dédiée à l’environnement.

Cette décision est motivée par l’augmentation des incivilités environnementales dont sont victimes les communes. Baptisée la « police verte », cette unité spéciale unique en son genre comptera dans ses rangs une patrouille équestre, une brigade de gardes champêtres équipés de scooters électriques, mais aussi de contrôleurs de l’espace public.

Un espace vert public – Crédits photo : Wikimedia Commons

L’annonce a été faite sur le compte Twitter de la Ville de Sèvres, qui est à l’origine du projet.

Une montée en flèche des actes de vandalisme contre l’environnement

L’incivisme a gagné beaucoup de terrain ces dernières années en France. En ce qui concerne l’environnement, nombreux sont les espaces verts publics, les lagons, rivières, étangs, ou réserves naturelles qui se retrouvent recouverts de déchets en tout genre nocifs pour la planète.

Des amendes à la clé

Histoire de bien faire passer le message aux potentiels récalcitrants, les communes du Grand Paris ont même eu l’idée de fixer le montant de l’amende que paiera tout contrevenant. Assez salée, elle est de 450 euros. Autant dire qu’avec l’environnement il n’est plus question de rigoler en Hauts-de-Seine.