Accueil Energie & Transport Kenya : il transforme des herbes envahissantes en biocarburant

Kenya : il transforme des herbes envahissantes en biocarburant

106
Des jacinthes d'eau - Crédits photo : Wikimédia Commons

L’Afrique est sans doute le continent où il fait le plus chaud. Avec des pics thermiques de plus de 40 degrés à l’ombre dans certaines villes. Et cette situation ne va pas en s’arrangeant compte-tenu des activités de l’Homme, qui polluent et accentuent le phénomène. Bien que moins lotis que les nations occidentales et donc dépourvues de nos moyens financiers pour trouver des solutions efficaces contre le réchauffement climatique, certaines initiatives bien pensées poussent ici et là. Comme au Kenya où un professeur d’université a trouvé le moyen de transformer les herbes envahissantes en biocarburant.

Une solution écologique et durable à des problèmes réels

La piste des biocarburants comme moyen de propulsion des voitures du futur ne cesse de se confirmer à mesure que l’on évolue dans la recherche. Il est vrai que la voiture électrique gagner d’année en année en autonomie, et est même désormais capable de remplacer une voiture thermique, mais le prix de ces véhicules 2.0 en décourage plus d’un. D’où l’idée de l’usage des biocarburants.

Dans le cas du professeur Richard Awra, qui officie au Kenya Marine institute a réussi à trouver une utilité aux jacinthes d’eau qui recouvriraient près de 10 360 hectares de la surface Lac Victoria situé en Afrique de l’Est.

Les jacinthes envahissent la surface du Lac Victoria – Crédits photo : Wikipédia

Outre le fait de nuire à la flore du Lac Victoria, les jacinthes d’eau favorisent également la prolifération des colonies de moustiques à l’origine d’épidémies de malaria chez les populations vivant au bord du cours d’eau. Outre le fait de lutter contre la propagation de gaz à effet de serre, la transformation de ces herbes en biocarburant aiderait aussi à améliorer la santé de milliers d’individus.

Des jacinthes d’eau comme biocarburant

S’il n’a pas détaillé la technique employée dans son processus de transformation, le Professeur Awra souligne cependant que son principal défi réside aujourd’hui en la production à grande échelle de son précieux biocarburant.