Peu de consommateurs savent ce qu’est le Nutri-Score, pourtant c’est l’une des entités qui aident à lutter contre la folie capitaliste des géants de l’agroalimentaire. En 2019, le Nutri-Score sera modernisé et amélioré, nous faisons le point sur ce qui change ou non dans quelques jours pour ce score très répandu mais méconnu.

Le Nutri-Score c’est quoi au juste ?

Derrière ce nom limite scientifique se cache en fait un ingénieux mais simple système d’étiquetage nutritionnel. Son rôle est assez simple, puisqu’il sert à alerter, ou plus exactement informer le consommateur de manière plus simple sur la valeur nutritionnelle de l’aliment qu’il souhaite consommer.

Pour mieux illustrer comment marche le Nutri-Score on se servira de l’aliment X fabriqué par l’entreprise ABZ. Concrètement, les entreprises du secteur de l’agroalimentaire telles que ABZ ultra-transforment leurs aliments, et finissent par en détériorer la réelle plus-value alimentaire. Du coup en consommant l’aliment X composé à partir de pommes le consommateur n’encaisse absolument pas la réelle valeur ajoutée apportée naturellement par la pomme.

Le Nutri-Score – Crédits photo : Open Food Facts

On pourra lire mille et un additifs ou stabilisateurs sur l’étiquette de l’aliment X servant surtout à masquer le fait que X est tout sauf bien pour la santé. L’administration sanitaire a donc pensé à mettre sur pieds un système visuel à 5 couleurs allant du vert vif au rouge sombre à partir duquel simplement comprendre si un aliment est bon ou non pour la santé.

En somme s’il détient ou non une bonne valeur nutritionnelle. Ce système visuel fut baptisé Nutri-Score et il sera modernisé et simplifié en 2019.

En 2019, le Nutri-Score sera amélioré

L’Agence nationale de santé publique, organisme fonctionnant sous la tutelle du ministère de la Santé, a signé un partenariat avec Open Food Facts, une entreprise évoluant dans la normalisation du secteur de l’agroalimentaire.

Le but de ce partenariat est de contrer les géants du secteur tels que Nestlé, Unilever, Mars, Mondelez ou PepsiCo et autres qui refusent d’appliquer le Nutri-Score sur leurs produits. Ces compagnies sont pourtant celles proposant le plus de produits ultra-transformés et donc à faible valeur ajoutée nutritionnelle.

Le but est de proposer, à défaut d’un système d’étiquetage basé sur la bonne foi des industriels, une application à partir de laquelle avoir accès aux données nutritionnelles de plus de 700 000 produits à travers le monde. L’application sera disponible en début d’année prochaine et aura nécessité le concours de plus de 16 000 bénévoles dans plus de 200 pays.

Source :

Citizen Post

Ne ratez pas l'actualité du monde de demain grâce à la newsletter envoyée chaque mardi. Vous allez adorer !


Article précédentL’essentiel pour pratiquer le yoga
Article suivantPour un Noël plus propre, que doit-on faire des déchets ?
Kévin
Je repère les meilleures informations du moment pour les relayer sur mes médias. Passionné d'écologie, je respire, me nourris, conduis, me soigne tout en respectant l'environnement. Féru de High-tech, je me réveille grâce à mon Apple Watch, programme ma journée via l'app Rappels sur mon iPhone 7 Plus, relis mes notes depuis mon iPad Pro 2016 et consulte les résultats sportifs depuis mon Galaxy S7 Edge !

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici