Accueil Climat Par convictions écologiques, ces femmes ont décidé de ne pas avoir d’enfant

Par convictions écologiques, ces femmes ont décidé de ne pas avoir d’enfant

155
PARTAGER
enfant
Crédit photo : Jenn Evelyn Ann - Unsplash

La décision de ne pas avoir d’enfant paraît souvent radicale. Et pourtant, certaines femmes ont fait ce choix par convictions écologiques. Elles considèrent ce geste comme salvateur et nécessaire pour l’avenir de la planète.

Sauver la planète en ne faisant pas d’enfant, c’est possible ?

Au début du mois d’octobre, l’AFP a publié une infographie présentant différentes préconisations pour réduire le réchauffement climatique. Les résultats d’une étude scientifique anglo-saxonne ont été utilisés pour cela. Le graphique montre alors que le fait d’avoir un enfant « en moins » permet de réduire considérablement son empreinte carbone. Bien entendu, cette information a suscité de vives réactions sur les réseaux sociaux. Beaucoup considèrent cela comme « invraisemblable » ou « inenvisageable ».

Si l’idée semble radicale, elle a pourtant déjà trouvé un écho auprès de personnels et de femmes sensibles à l’écologie. Certaines femmes se confient sur un cheminement personnel long, qui a mené à cette décision que tout le monde n’approuve pas. La plupart d’entre elles voulaient plusieurs enfants. Mais aujourd’hui, elles reconnaissent qu’il n’est pas raisonnable de donner la vie. Elles ne cachent pas leur pessimisme sur l’avenir de la planète.

Nous serons bientôt neuf milliards

Comme cette Bordelaise, nombreuses sont celles qui ont décidé de ne pas avoir d’enfant. Et les convictions écologiques figurent parmi les raisons les plus souvent avancées. Elles expliquent ne pas vouloir « créer de petits pollueurs » et leurs compagnons semblent du même avis. Parmi ces couples, certains envisagent d’adopter plutôt que d’avoir leurs propres enfants à tout prix.

enfant
Ne pas faire d’enfant, une décision écologique souvent jugée de « radicale » — Crédit photo : Robert Collins — Unsplash

Bientôt, nous serons neuf milliards d’êtres humains sur Terre. Pourrons-nous répondre aux besoins primaires de chacun d’entre nous ? Comment ferons-nous pour manger et nous loger, compte tenu de l’ampleur des crises actuelles ? Ce sont des questions qui se font de plus en plus importantes. Et elles divisent des avis déjà bien tranchés.

Source :

Francetvinfo