Accueil Maladies & Problèmes Santé : un spray nasal révolutionnaire efficace contre 60 souches du virus...

Santé : un spray nasal révolutionnaire efficace contre 60 souches du virus de la grippe

207
PARTAGER
Une souche du virus de la grippe - Crédits photo : Pixabay

La grippe est l’une des maladies les plus communes et répandues. Mal traitée elle peut se développer en des formes mutées susceptibles d’entrainer la mort du malade. Raison pour laquelle la recherche autour de moyens de prévention de cette pathologie n’a de cesse de s’intensifier. Des chercheurs ont réussi récemment à isoler artificiellement des anticorps qui, chez la souris, est à même de protéger contre 60 souches différentes de grippe.

La grippe au cœur des préoccupations comme chaque année

L’entrée en hiver est une période redoutée de bon nombre de personnes. Notamment à cause de la multiplication des cas de grippe, mais surtout parce qu’il faut nécessairement se vacciner pour éviter de développer cette maladie.

Tout le monde n’étant pas l’ami intime des aiguilles et les vaccins devenant de moins en moins efficaces (sans compter la multiplication des souches), de nouvelles pistes de prévention de la grippe sont étudiées par les scientifiques. Ces derniers ont réussi à isoler dans le sang de lama des anticorps qui protègent ces animaux contre la grippe.

Un lama – Crédits photo : Pixabay

Ils ont même réussi à les synthétiser et testent actuellement ces anticorps sur les souris avant de passer à des tests sur l’Homme.

Le lama au secours de l’humanité

L’idée naquit de nulle part d’expérimenter sur le lama l’inoculation de trois souches du virus de la grippe. La réaction naturelle de l’organisme de ce camélidé a abouti à la production d’anticorps qui par étude via génie génétique se sont avérés efficaces non seulement contre les trois souches du virus de la grippe inoculés, mais également contre 57 autres.

Cette avancée majeure pourrait sauver de nombreuses vies. Et pour l’heure il est question de tester ces anticorps par voie nasale chez les souris. Pour rappel ces petits mammifères sont assez proches du point de vue anatomique et métabolique, de l’être humain.