Valeo 48V : première voiture électrique à moins de 8 000 euros !

248
PARTAGER
Valeo 48V, la première voiture électrique de l'équipementier automobile français - Crédits photo : Futura Sciences

Les voitures électriques ont le vent en poupe depuis quelques années désormais. Outre le fait de gagner en autonomie, ces véhicules verts voient leurs principes de fabrication à la chaine de mieux en mieux maitrisés par l’industrie. La principale conséquence étant la réduction de la production des voitures électriques. Un peu à l’image de la Valeo 48V, une voiture électrique ne coûtant que 7 500 euros. Tesla a du souci à se faire.

Les spécifications de l’électrique à moins de 8 000 euros

Valeo est un équipementier automobile français. Peu de personnes auront dans leur vie entendu parler de cette marque, mais il s’agit de celle qui fabrique les pots de phares avant et arrière, les rétroviseurs entre autres équipements de véhicules, pour bon nombre de constructeurs automobiles, notamment Renault, Peugeot, Nissan…

Seulement, voilà, Valeo semble avoir flairé une aubaine dans le secteur embryonnaire du véhicule électrique et a de ce fait entreprit de développer une voiture 100 % électrique. Baptisée 48V, elle fut d’ailleurs présentée durant le Consumer Electronic Show (CES) de Las Vegas, qui se tint il y a quelques jours.

Valeo 48V, la première voiture électrique de l’équipementier automobile français –
Crédits photo : Futura Sciences

Cette voiture électrique allie quelques points positifs qui feront d’excellents arguments de vente. Notamment son prix, de 7 500 euros, soit de loin inférieur à une Tesla Model S ou 3 ou une BMW i3, par exemple.

Pour aboutir à un tel tarif, la firme a dû comme on peut s’en douter, faire des sacrifices. Ceux-ci passent d’abord par le gabarit de la voiture, qui n’est ni une 5 places, ni une 4 places, mais bien une 2 places. Elle se rapproche donc plus d’une Smart que d’autre chose, du moins à ce niveau.

Le cockpit de la 48V de Valeo – Crédits photo : Valeo

Des concessions ont également été faites au niveau des matériaux utilisés, qui, comme l’on s’en doute probablement, ne sont pas de premier choix. Ils sont cependant suffisamment solides pour garantir la sécurité des passagers aussi bien en Europe qu’ailleurs.

De plus, l’usage de matériaux alternatifs et peu coûteux confère également l’avantage d’alléger la Valeo 48V, qui ne pèse en fait que 600 kg.

Valeo 48V, la première voiture électrique de l’équipementier automobile français –
Crédits photo : Valeo

Sur un plan purement technique, la voiture est équipée d’une batterie au Lithium-Ion de 14 kWh, qui lui confère notamment une autonomie de 100 km. Soit similaire à une Peugeot iOn, par exemple. Celle-ci permet aisément d’effectuer ses différents déplacements en ville, sans grande peine. C’est d’ailleurs le dessein de la Valeo 48V, dont le moteur ne décuple qu’une trentaine de chevaux, soit 15-20 kW de puissance cumulée.

La batterie de la 48V est rechargeable, à 100 %, en moins de 4 heures. Argument qui fera mouche à coup sûr.

Système de récupération d’énergie au freinage en basse tension – Crédits photo : Volvo

En outre, le véhicule peut atteindre des vitesses de pointe de l’ordre de 100 km/h. Son moteur est pour information équipé d’un système de propulsion électrique basse tension, dont l’équipement de récupération d’énergie au freinage est de 20% plus efficient que celui présent sur les véhicules électriques conventionnels.

Valeo 48v, un marché en particulier visé

Puisque les pouvoirs publics Français peinent à réellement impulser la démocratisation de la voiture électrique, Valeo s’est tourné vers le marché Chinois pour essayer et écouler sa 48V.

En effet, les pouvoirs de l’Empire du Milieu ont pris la ferme résolument de faire grimper les parts de marché des voitures à énergie renouvelables à 12 % annuels d’ici 2020. Et elle entreprend de ce fait une politique de démocratisation de bornes de recharge pour les électriques, et de station à hydrogène pour celles fonctionnant grâce à cette molécule présente en abondance sur notre planète.

Station de recharge électrique à Pékin – Crédits photo : Quartz

On parle de 80 000 stations de recharge électrique à ce jour, et plus de 800 000 sont en voie de construction. De plus, les pouvoirs chinois comptent se baser sur le levier tarifaire, à coup de subventions, afin d’inciter les consommateurs à opter pour les véhicules électriques, préférentiellement.

C’est d’ailleurs ce qui permet à Valeo de proposer sa 48V à moins de 10 000 euros.

Et quelles perspectives ?

Valeo n’a pour l’heure point encore communiqué sur une possible commercialisation de sa 48V en Europe ou ailleurs dans le monde. Cependant, la firme compte s’appuyer en Chine sur des marques automobiles tierces pour assembler sa première voiture électrique, qui sera d’ailleurs commercialisée sous une autre dénomination.