Accueil Biodiversité Araignée pélican : dix-huit nouvelles espèces découvertes à Madagascar

Araignée pélican : dix-huit nouvelles espèces découvertes à Madagascar

537
PARTAGER
araignée
Araignée pélican - Hannah Wood - Smithsonian Institute

À Madagascar, des centaines de spécimens d’araignées pélican sont examinés. Certains sont issus de collections tandis que d’autres ont simplement été découverts sur le terrain.

Des araignées découvertes à Madagascar

Il existe plusieurs espèces d’araignées pélicans. Et parmi elles, 18 ont récemment été découvertes sur l’île de Madagascar. Hanna Wood, une conservatrice spécialiste des araignées au Smithsonian’s National Museum of Natural History des États-Unis, explique qu’il est fort probable que d’autres espèces soient encore découvertes à l’avenir. Pour elle, « ce n’est qu’un début ». 

araignée
Araignée pélican — Nicolaj Scharff/Smithsonian Institute

Voici donc une autre bonne raison d’encourager la préservation de la biodiversité de l’île située au sud-est de l’Afrique. Bien que certaines espèces d’araignées pélicans ont été observées en Australie ou en Afrique du Sud, c’est bien de l’île de Madagascar qu’elles sont originaires. À en croire les analyses réalisées au microscope électronique, elles se distinguent par la forme de leur carapace et leur morphologie.

L’araignée pélican : une cannibale à la morphologie spéciale

Ces araignées (Archaeidae) sont quelque peu particulières. Les recherches menées à leur sujet ont prouvé qu’elles auraient déjà été présentes sur l’île de Madagascar il y a de cela 180 millions d’années. Et donc avant même l’apparition des pélicans dont leur nom est inspiré.

En vidéo, les araignées pélicans découvertes à Madagascar (en anglais) :

Ce qui a fait leur réputation, c’est surtout leur mode d’alimentation. Ces araignées ne se nourrissent que d’autres araignées. Il s’agit donc de cannibales. Leur morphologie insolite leur confère une redoutable efficacité pour se nourrir. L’araignée pélican ne tisse pas de toile, il lui faut donc exceller dans un autre domaine pour survivre. Ainsi, elle traque ses proies et les attrape à l’air de ses chélicères. Leur forme rappelle fortement celle du bec des pélicans, c’est donc pour cette raison qu’on leur a attribué ce nom.