Accueil Biodiversité Les îles : l’habitat de la moitié des espèces de vertébrés menacés...

Les îles : l’habitat de la moitié des espèces de vertébrés menacés d’extinction

480
0
PARTAGER
espèces
Ragnar Vorel - Unsplash

Les îles, qui représentent 5,3 % des terres émergées du globe, ont constitué l’habitat de 61 % des espèces disparues depuis 500 ans. Elles sont encore le lieu de vie de la moitié des espèces de vertébrés actuellement en voie extinction.

La moitié des espèces vertébrées menacées dans les îles

Certaines îles, comme les Galapagos, constituent le lieu de vie unique de certaines espèces connues. Parmi elles, beaucoup sont menacées d’extinction. Les chercheurs estiment que la moitié des espèces de vertébrés menacées de la planète vivent dans les îles. Bien que celles-ci ne représentent 5,3 % des terres émergées de la Terre.

Les chercheurs ont récemment mené une étude sur les 1 189 espèces terrestres de reptiles, d’amphibiens, de mammifères et d’oiseaux présents sur la liste rouge de l’UICN (Union internationale pour la conservation de la nature). Le but de l’étude étant de mieux comprendre les raisons de ces extinctions et d’améliorer les efforts pour lutter contre. Ainsi, ils ont pu déterminer les espèces nuisibles à ces vertébrés qui ont été introduites dans leur milieu.

4606510 – Pixabay

La conséquence de l’action de l’Homme

L’introduction d’espèces invasives dans les îles est l’une des raisons majeures à l’extinction de certaines espèces et au fort déclin des autres. Parmi elles, des rongeurs et autres chats sauvages. Ces derniers seraient donc à l’origine, depuis l’année 1500, de 44 % des extinctions de petits mammifères, d’oiseaux et de reptiles dans les îles.

Il est parfois possible, sur certaines d’entre elles, d’empêcher l’invasion de ces espèces invasives. Pour certaines autres, il serait même possible de les éliminer dans leur majorité. Sur les quelques îles déjà ciblées par ces mesures, de nombreuses espèces autochtones ont connu un fort phénomène de résurgence. L’île d’Anacapa, par exemple, a réussi a reconstituer des populations entières de Guillemot de Scripps. Cela a été possible à la suite de l’élimination massive des rats présents. Ainsi, l’étude prouve qu’il est possible pour l’Homme d’agir et sauver la biodiversité des îles.

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
avatar
wpDiscuz