Accueil Développement durable L’Oréal classée AAA par le CDP en matière de développement durable

L’Oréal classée AAA par le CDP en matière de développement durable

793
PARTAGER
oréal
Metropolitan-Transportation-Flickr

Lors de son classement annuel des entreprises mondiales sur leurs performances environnementales, le CDP a attribué à l’Oréal la meilleure note : le triple A. Déforestation, neutralité carbone… La firme mise sur le développement durable pour l’avenir.

Les engagements de l’Oreal pour 2020

Le CDP (Carbon Disclosure Project) a décerné, dans son dernier rapport, la meilleure note en matière de déforestation, de gestion durable de l’eau et de son action climatique à l’Oréal. Seules deux entreprises (Unilever et l’Oréal) ont obtenu le triple A. Il s’avère qu’à l’heure actuelle, 9 multinationales sur 10 ont fixé de réels objectifs d’émissions de CO2.

C’est donc avec quelques années d’avance que la firme a atteint son objectif carbone. En un peu plus de 10 ans, l’Oréal est parvenue à réduire ses émissions de CO2 de 67 %. Chiffre qui n’était pas prévu avant 2020. La moitié de ses usines fonctionnent aujourd’hui aux énergies renouvelables et, au total, 15 sites sont neutres en carbone. Pour y parvenir, quelques mesures ont été prises. Le transport ferroviaire est utilisé en priorité et le remplissage des containers sur les cargos est optimisé. Une bonne performance pour le leader de la beauté.

oréal
Crédit photo : Shari-Sirotnak – Unsplash

La réduction des émissions indirectes : le prochain défi de l’Oréal

Le groupe s’était également fixé pour 2020 un objectif 0 déforestation. Pour cela, la firme utilise uniquement de l’huile de palme 100 % certifiée et entre 90 et 99 % de carton (ou papier) issus de forêst durablement gérées. Par ailleurs, l’Oréal va mettre au point des usines sèches dès l’an prochain, qui n’utiliseront que de l’eau recyclée. Une mesure sur les packagings des produits devrait aussi mise en place.

Dès lors, le prochain défi de la firme sera de réduire les émissions de CO2 indirectes, qui sont liées à l’utilisation de ses produits par les consommateurs. Un défi de taille, puisqu’il s’agit de convaincre le client de réduire lui-même son empreinte environnementale (réduire le temps passé sous la douche, par exemple). La marque sélectionne ses fournisseurs sur des critères en grande partie liés à leurs performances en matière de développement durable. Ainsi, la firme souhaite encourager son écosystème à suivre son exemple.