Accueil Biodiversité L’évolution des oiseaux impactée par l’action de l’Homme

L’évolution des oiseaux impactée par l’action de l’Homme

445
PARTAGER
oiseaux
Crédit photo : Vittorio Zamboni - Unsplash

L’évolution a prouvé que les pratiques alimentaires déterminaient les caractéristiques physiques des animaux. Les becs des oiseaux sont donc également adaptés à leur mode d’alimentation. Une étude affirme que le fait de nourrir les oiseaux modifie l’évolution de leur bec.

Des mutations génétiques observées chez les mésanges

Des différences génétiques entre les mésanges hollandaises et britanniques ont été révélées par une étude publiée par le magazine Science. La taille du bec des individus observés dans ces deux pays serait sensiblement différente. L’étude à été réalisée sur l’ADN de plus de 3 000 oiseaux et des mutations importantes ont ainsi été observées.

Charles Darwin avait déjà mis en évidence des dissimilitudes entre les différentes espèces de pinsons, dont la forme et la taille de leur bec. Celles-ci étaient liées à leurs habitudes alimentaires. Les différentes mutations génétiques observées chez les mésanges ont été mises au jour grâces aux observations de Darwin.

oiseaux
Crédit photo : Lost Super – Pixabay

La patte de l’Homme sur la sélection naturelle et l’évolution

L’impact de l’Homme sur cette espèce d’oiseaux semble très rapide. En l’espace de moins d’un demi-siècle, la forme des becs des mésanges (et certains autres oiseaux) britanniques s’est considérablement allongée. Il a été observé que les individus aux longs becs sont aussi ceux qui se nourrissent régulièrement dans les mangeoires à oiseaux disposées dans les jardins. Ils constituent également les individus qui se reproduisent le plus.

Ces observations ont ainsi fait naître l’idée que ces modifications génétiques seraient liées au mode d’alimentation des oiseaux, consistant à piocher la nourriture directement dans les mangeoires. Au Royaume-Uni, cette pratique est très populaire. Les dépenses moyennes des habitants en graines pour oiseaux représentent le double de celles des autres pays d’Europe. Et donc aussi de la Hollande. Compte tenu du résultat d’un geste aussi anodin, il est difficile de savoir si, à l’approche de l’hiver, nourrir ainsi les oiseaux est ou non, une bonne idée.