Accueil Constructions Insolites À Stockholm, une “maison-serre” autosuffisante

À Stockholm, une “maison-serre” autosuffisante

391
PARTAGER
maison-serre

Inspirée de la “nature house” de Bengt Warne, cette maison en bois écologique permet à une famille de vivre en quasi autosuffisance.

En 1974, Bengt Warne, un éco architecte scandinave imagine la “nature house”, une maison en verre écologique et autosuffisante. La chaleur du soleil est catalysée par la structure de verre et l’eau de pluie est récupérée pour arroser un potager. Inspirés par ce concept ingénieux, Marie Granmar et Charles Sacilotto, un couple franco-suédois, ont entouré leur maison en bois d’une structure de verre censée jouer le même rôle que la “nature house”.

Pari réussi: grâce à une structure de verre de 4 millimètres d’épaisseur, qui donne à la maison une allure de serre, la famille est efficacement protégée du froid. Pour preuve, ils disposent d’un espace extérieur protégé de la pluie et des températures extrêmes que connait la Suède entre décembre et avril.

Un espace adaptable et écologique

Grâce à cette double structure, la famille peut facilement aménager l’espace: le toit, entièrement en verre, leur permet de profiter d’une terrasse en plein soleil. Aussi, des balançoires permettent à leur fils de se divertir en pleine nature tout en étant à l’intérieur de la maison. Pour se chauffer, le couple compte en grande partie sur l’énergie naturelle du soleil, comme en témoigne Charles Sacilotto: “il suffit d’un petit rayon de soleil pour avoir des températures positives […] Par exemple il peut faire -2 degrés dehors et entre 15 et 20 degrés à l’étage.”

Des températures printanières qui permettent notamment au couple de faire pousser des tomates, des concombres et des figues en plein mois de janvier, de façon naturelle. Comme dans la “nature house” de Bengt Warne, le couple récupère l’eau de pluie grâce à des citernes et l’utilise pour arroser leur jardin et leur potager. Dans la même dynamique, la maison est équipée d’un système de traitement des eaux usées et d’un compost, un ensemble de systèmes écologiques qui leur permet de vivre en quasi autosuffisance.

Comme le conclut Charles Sacilotto : “C’est toute une philosophie de vie d’utiliser la nature et d’habiter autrement.”

Crédit photo principale : Capture d’écran YouTube