Accueil Pollution La voiture, mal-aimée des centres-villes

La voiture, mal-aimée des centres-villes

170
PARTAGER
city-cars-road-traffic

Réalisé par l’agence d’urbanisme américaine Sustainable Solutions International, une série de photographies montre la place considérable qu’occupent les voitures en ville. Quels sont les moyens de transport alternatifs ?

Grande innovation du siècle passé, la voiture est aujourd’hui critiquée : polluante, bruyante, dangereuse et gourmande en espace, de nombreuses villes veulent la bannir. Une série de photographies prises à Seattle par l’agence urbaine Sustainable Solutions International, chargée de “la recherche et l’identification des meilleures pratiques dans les domaines des transports, de l’énergie, de la planification urbaine et de la gestion des ressources et des déchets” montre que les voitures occupent une place titanesque sur les routes.

voiture-usa

Crédit photo: imgur

Plusieurs villes comme Londres, Rome ou Hambourg ont mis en place des dispositifs pour bannir les voitures des villes. À Londres par exemple, un péage urbain est en service depuis 2003. Pour pouvoir circuler dans le centre ville, les automobilistes doivent débourser 10 à 15 euros par jour. Pour poursuivre dans cette dynamique, la ville a depuis 2010 mis 8000 vélos en libre service à disposition des usagers. Autre exemple: Rome qui à imposé un permis spécial pour entrer dans le centre historique depuis 1989, ou encore Oslo qui bannira les voitures de son centre d’ici à 2019.

L’alternative intermédiaire: le covoiturage

Première alternative, le covoiturage. Plus convivial, plus économique et plus écologique, ce mode de transport s’est peu à peu développé, réduisant le nombre de voitures sur les routes, notamment grâce à des sites de partage comme Blablacar. Autre possibilité, les voitures publiques, qui permettent aux usagers de se rendre d’un point à un autre sur une courte durée. La capitale française à mis en place ce type de service, baptisé Autolib.

La voiture du futur: la cybercar

L’INRIA a depuis les années 90 fait des recherches sur le déplacement automatique. En 1996, elle présentait un prototype, le CyCab, destiné aux déplacement dans les villes. Entièrement électrique et informatisé, la conduite se fait grâce à un joystick très facile d’utilisation. Sur ce modèle, l’informatique contrôle la vitesse et les zones d’accès mais d’autres projets permettent désormais une reconnaissance des obstacles et une conduite totalement automatisée sur des parcours connus.

Le vélo: un mode de transport privilégié

De plus en plus de pistes et de zones cyclables voient le jour dans les villes. Le cycliste devient prioritaire sur la voiture, comme aux Pays-Bas, où l’ensemble de la population dispose d’un vélo. L’Allemagne construit même une autoroute spécialement dédiée aux vélos. Pour le maire de Strasbourg Roland Ries, “il y a eu le tout-voiture, mais c’est fini”, tranche-il. Pour preuve, dans sa ville 8% des déplacements se font à vélo alors que le taux moyen national ne dépasse pas les 3%. Il poursuit: “Le piéton est aussi devenu roi de la ville. À chaque chantier, on pense à lui en priorité.”

À lire aussi : Si les vélos prenaient autant d’espace que les voitures

Le tramway: autre alternative pérenne à la voiture

Par le passé, alors que de nombreuses villes étaient équipées de tramway, ce moyen de transport à été supprimé au profit de la voiture. Aujourd’hui les villes recommencent à construire des tramways, comme à Montpellier, où les 4 et bientôt 5 lignes desservent la quasi-totalité de la ville, poussant les habitants à délaisser leur voiture car “il est désormais impossible de se déplacer en voiture dans le centre”. Aussi, de nombreuses lignes de bus, davantage énergivores que le tramway, ont été supprimées au profit de ce moyen de transport plus rapide et écologique.

Bruxelles: “la plus grande zone piétonne d’Europe”

Bruxelles est la championne du “sans-voiture”. Dans la capitale belge, de nombreux boulevard sont entièrement fermés à la circulation. Autours de la Grand-Place, les 28 hectares de la zone dite Unesco sont entièrement piétons, ainsi que 22 nouveaux hectares définitivement débarrassés des voitures.

Crédit photo principale : Pexels – unsplash.com