Accueil Maladies & Problèmes Un pansement qui devient fluorescent quand la plaie s’infecte

Un pansement qui devient fluorescent quand la plaie s’infecte

222
PARTAGER
pansement fluorescent

Des chercheurs britanniques ont mis au point un pansement qui change de couleur lorsqu’il entre en contact avec des bactéries nocives.

C’est à l’Université de Bath que ce pansement, aux capacités étonnantes, a été développé par une équipe de scientifiques. Le but est de lutter contre les prescriptions d’antibiotiques souvent inutiles dans la guérison des plaies. En effet, il apparaît que les médecins donnent souvent des traitements à fortes doses afin de prévenir toute infection chez leur patient. Malgré qu’une plaie, même bénigne, puisse être un danger pour notre corps, les antibiotiques ne sont pas toujours nécessaires.

À lire aussi :
– Une goutte de sang révèle toutes les maladies contractées dans votre vie
– Une bactérie capable d’assurer un diagnostic médical

Ce pansement permet de détecter lorsque une blessure connaît un trop grand nombre de bactéries. Quand le système immunitaire du corps ne peut plus traiter le problème à lui tout seul, il devient fluorescent. Les antibiotiques viendront alors prendre la relève pour traiter la blessure.

Une vidéo en anglais explique le fonctionnement

Le dispositif est constitué d’un matériau semblable à un gel contenant des minuscules vésicules. Les capsules imitent l’aspect de la membrane cellulaire, les toxines bactériennes s’y attaquent alors comme elles le feraient pour des cellules normales, ce qui provoque la libération de la teinture. Il est d’autant plus révolutionnaire qu’il est capable de repérer des infections du type staphylocoque doré, pseudomonas et entérocoque, en moins de 20 minutes alors que des analyses devaient être réalisées auparavant pour le savoir.

Une commercialisation pas avant 2020

Le pansement fluorescent est actuellement testé par l’université, il devrait être mis à l’essai sur des patients dans les trois prochaines années à venir. La mise sur le marché devrait se faire en 2020. À terme, il devrait être capable de détecter tous les types d’infection en les signalant d’une couleur différente.

Crédit photo principale : Université de Bath