Accueil Réchauffement Climatique Les pays les plus vulnérables au changement climatique en savent peu sur...

Les pays les plus vulnérables au changement climatique en savent peu sur son impact

259
pays vulnérables, changement climatique

Les pays émergents et riches sont beaucoup mieux informés que les pays pauvres et vulnérables au changement climatique, ce qui ne leur permet pas de s’y préparer.

Alors que les dirigeants mondiaux se réunissent à Paris actuellement dans le cadre de la COP21 pour trouver des mesures pour lutter contre le changement climatique, ils étayent abondamment leurs propos avec des informations sur la façon dont la hausse des températures mondiales affectent le monde industrialisé. Mais ils sont très certainement moins informés sur les effets potentiellement bien plus dévastateurs attendus ailleurs. Pourquoi ? Parce que les études scientifiques sur le changement climatique concernant les pays les plus pauvres et les plus vulnérables n’existent pas, ou sont très rares.

Une nouvelle analyse de 15.000 articles publiés entre 1999 et 2010 a révélé que assez peu de recherches sur le climat de la planète proviennent de, ou se concentrent sur, les pays en développement et aux climats les plus chauds. L’étude, publiée dans Global Environmental Change, indique que cette orientation biaisée limite la capacité des pays les plus vulnérables à se préparer à l’impact du changement climatique et s’y adapter.

Pas assez d’études menées dans les pays en développement

Les résultats montrent que les documents sur le changement climatique se sont concentrés sur les pays avec des scores élevés sur les indices de démocratie, de liberté de la presse, et d’appartenance à l’Organisation mondiale du commerce. La co-auteure de l’étude, Maya Pasgaard de l’Université de Copenhague, explique que cela a des effets induits sur l’élaboration des politiques. Les politiciens sont “souvent nourris avec des données et des arguments pour qualifier leurs décisions sur l’adaptation et l’atténuation,” dit-elle, mais ces données sont insuffisantes pour les pays et régions les plus à risque.

Afin d’être en mesure de donner à ces régions une voix assez forte pour influencer la politique internationale, Maya Pasgaard explique que les chercheurs doivent travailler pour faire en sorte que la “voix scientifique” de ceux basés dans les pays les plus vulnérables ne soit pas réduite au silence. Même les journaux axés sur ces régions manquent souvent de contributions d’auteurs locaux. Seulement environ un cinquième des études sur le changement climatique en Afrique avaient un auteur local pour la région alors que les deux-tiers des recherches sur les pays développés avaient un auteur principal qui était basé localement.

“Nous pouvons, dans une plus grande mesure, inclure activement des partenaires locaux, que ce soit des étudiants, des chercheurs ou des personnes engagées, dans la production, la diffusion et la mise en œuvre des connaissances”, propose Maya Pasgaard, dont les propos ont été recueillis par Quartz.

Crédit photo principale : Wikimedia – ILRI/Stevie Mann