Accueil Innovation & Transport Aux Pays-Bas on développe le Flying V, un avion consommant 20 %...

Aux Pays-Bas on développe le Flying V, un avion consommant 20 % de carburant en moins

404
Le Flying V - Crédits photo : YouTube

Bien qu’il ai révolutionné le transport des personnes et des biens entre les continents, l’avion est un véritable gouffre à kérosène qui de surcroit pollue massivement notre atmosphère. Du coup à l’heure où tous les indicateurs pointent en faveur d’une disparition prochaine du pétrole, même si diverses alternatives existent il est nécessaire de songer à des avions moins gourmands. Pour rappel, l’avion hybride ou électrique ne verra pas le jour avant 2025 au moins. Flying V est un avion en cours de développement aux Pays-Bas. Il consommerait 20 % de carburant en moins.

Un avion plus écologique

Désormais le transport aérien représente 2 à 3 % des émissions de gaz à effet de serre. Et vu la multiplication prochaine des relations aériennes entre les nations, ce taux de participation à la pollution pourrait grimper dans les 10 années à venir à 9 %. D’où l’urgence de réguler la consommation de nos avions, et donc par ricochet leurs émissions.

C’est du moins l’idée mise en avant par des chercheurs de l’université hollandaise de Deft. Soutenu par la compagnie aérienne KLM, ceux-ci développeraient un avion nommé Flying V dont les spécifications sont encore floues pour l’instant. Seule donnée fournie à la presse sa consommation relativement plus responsable.

Flying V, un avion d’apparence atypique

La première chose qui frappe lorsqu’on aperçoit les captures et clichés de cet avion, c’est son apparence. En forme de boomerang, le Flying V s’inspire en effet de cet accessoire à la forme aérodynamique pour réduire d’une part le poids final, et accroître la portance pour maximiser la vitesse tout en consommant bien moins de carburant.

Le Flying V – Crédits photo : YouTube

Vous comprendrez du coup que l’avancée réussie par la firme néerlandaise à l’origine du Flying V est surtout esthétique, mais aux répercussions écologiques puisqu’à terme cet avion devrait consommer 20 % moins de kérosène que les modèles sillonnant à l’heure actuelle dans nos cieux.

Source :

Ars Technica